• modumas

Randonnées de Mai 2016

Mis à jour : 7 juin 2019

L'Agra - La montagne de Sumiou - Le bois de la Julie - La montagne de Mare côté Eourres - Tête de La Plane et la crête des Barses - La crête de l’Âne - Bellevue à Volx - Les sources du Rouveiret - La Tête de Boursier au départ de Claret -





L'Agra

Randonnée du 31 mai

Animée par Gérard K.


Les prévisions météo n'étaient pas très engageantes ce matin là. Mais le temps serait plus clément vers le sud parait il.

La randonnée prévue au Puy de Rabou est remise à plus tard et nous optons pour une balade plus méridionale : l'Agra (au dessus de St Jurs et d'Estoublon).

Luc propose d'aller encore plus au sud et de descendre jusqu'à Cannes pour trouver le beau temps. Ce sera peut être pour une autre fois.

A 9h 30, nous entamons notre randonnée (7 participants) à partir du village de St Jurs dans un secteur peu fréquenté du massif du Verdon.

St Jurs, petit village de 80 habitants, situé à 925 m d'altitude au pied du Montdenier, était au XIXème siècle, un village prospère grâce à sa production de plâtre. On y comptait 5 mines de gypse en activité.

Notre montée vers le sommet est très douce. Le sentier est bien balisé (tracé jaune). Mais le temps se couvre rapidement. Arrivés au sommet (altitude 1523 m), nous avons tout juste le temps de jeter un coup d'oeil sur le lointain et de pique niquer tranquillement sur des rochers, avant qu'une averse de pluie nous oblige à nous réfugier sous la tour de vigie bien providentielle !

Le temps se calme mais le ciel bien menaçant nous incite à écourter notre circuit et c'est par le chemin de montée que nous redescendons après un bref passage par le col de St Jurs.

Dans la descente, nous serons de nouveau bien arrosés par la pluie avant d'arriver aux voitures vers 14 h 30

Luc avait peut être raison le matin en voulant aller jusqu'à Cannes sur la Croisette !

Distance parcourue 12km, 3h de marche, 650 m de dénivelé

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama




La montagne de SUMIOU

Randonnée du 26 mai

Animée par Yvette G.


Devant la chapelle de Valbelle, nous sommes 4 pour le départ vers Sumiou, une rando classique, mais qui offre plusieurs variantes, voici celle du jour :

Direction le Pas des Portes, itinéraire davantage adapté à la saison ; voici bientôt un cairn tout à fait particulier et le sentier s'enfonce dans la forêt. D'abord agréable, il se transforme pour un temps en "champ de bataille" : les Eaux et Forêts ont oeuvré dans le coin et tout n'est pas encore rentré dans l'ordre, mais il faut bien entretenir la forêt. Par des replats ou pentes plus raides, nous voici au Pas des Portes, petite pause pour profiter de la vue sur Noyers et la vallée du Jabron.

Nous voici repartis sur le GR jusqu'à un petit cairn sur la gauche qui marque le départ d'un sentier, nous mènerait-il jusqu'au sommet ?? Hélas, ce n'est qu'un raccourci qui rejoint le PR tour de Sumiou. Nous l'empruntons un moment avant de bifurquer à gauche par une piste herbeuse au bout de laquelle un gros cairn nous invite à rejoindre facilement le sommet en montant au milieu de la lande pas encore envahie par les buis, genêts ou broussailles. Et voici le sommet (1402 m) d'où nous pouvons contempler Lure à portée de main et au loin, le Ventoux.

Pour la pause picnic nous traverson le plateau vers le Nord là où les rochers du Pas des Portes dominent Valbelle. En traversant, voilà quelques massifs d'iris nains encore en fleurs qui nous récompensent de nos efforts. Bien que l'horizon soit toujours un peu brumeux, le soleil est aussi au rendez-vous, les prévisions météo étaient bien pessimistes !

C'est maintenant la redescente par un cheminement dans le vallon, guidés par de petits cairns, nous retrouvons le sentier qui nous mène à "l'étage inférieur" de Sumiou que nous longeons côté Nord ; ici les iris sont pratiquement tous fanés. Arrivés à l'extrémité Est, nous retrouvons le fameux sentier des cairns (encore ... on ne peut pas se perdre sur Sumiou !) qui serpente à travers les buis et arrive au niveau du Pas de Sumiou. Nous le laissons sur notre gauche et prenons la direction de l'aire de St Robert. Peu après nous faisons le détour au Bec de Sumiou, point final du Chemin de Sara. Belvédère sur Valbelle et la falaise où se cache la Chapelle St Pons.

Descente finale à travers les chênes et les buis, sentier fraîcheur, nous atteignons le torrent du Grand Vallon et rejoignons le parking de l'aire St Robert. Pour préserver les genoux, nous avions opté pour ne pas poursuivre le Chemin de Sara jusqu'à Valbelle, long (environ 6 km) et souvent bien caillouteux.

Nous avons parcouru 13,6 km, monté 960 m et descendu 595 m.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama




Le bois de la Julie

Randonnée du 24 mai,

Animée par Monique L.


Nous sommes 8 à partir vers Prads Haute Bléone  et même un peu plus loin. Parking au camp de repos des Eaux Chaudes, au pied de l’Estrop et des sommets environnants saupoudrés de neige !

Tout de suite les choses sérieuses commencent , une montée raide dans le bois de la Julie. Quelques clairières et promontoires nous permettent 1- de souffler un peu, 2- d’admirer le paysage somptueux à l’ouest : le Cheval Blanc, le massif du Carton et au loin le pic de Couard et son voisin le Cucuyon.

Arrivés à un carrefour nous continuons le sentier à gauche, délaissant celui de droite que nous prendrons au retour

La pente se fait plus douce , de belles prairies nous font oublier nos efforts.

Nous changeons de direction et admirons devant nous la longue crête de la Grisonnière.

La descente vers le hameau de Vière est soutenue, tantôt en forêt, tantôt dans les marnes. Notre ami Joel a le grand plaisir de trouver une superbe morille !

Enfin , arrivés à Vière nous nous installons  dans la verdure, auprès de l’œuvre d’art de Richard Novas, pour partager le picnic.

Après un bon repos, nous repartons en admirant au passage l’église de Vière en partie restaurée. Par un sentier en balcon nous longeons le torrent Reybaud et ses baignoires tentantes pour la baignade.

Nous arrivons à proximité du hameau de Somme Longue. Nous prenons la piste avec un arrêt émouvant devant la stèle commémorant la tragédie du 24 Mars 2015.

A nouveau sur un sentier nous traversons un champs de narcisses.

Le chemin entre à nouveau en forêt, chemin un peu capricieux qui nous mène parfois à des impasses !!!

Arrivés au carrefour pris le matin , nous redescendons ce que nous avons gravi le matin.

Nous retrouvons les voitures et les sièges moelleux !!!

Nous avons gravi 870 m et parcouru 14 km

Un grand merci aux participants .

Monique l’animatrice du jour.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama



La montagne de Mare côté Eourres

Randonnée du 22 mai

Animée par Alain D.


C’est à 12 et bien secoués par les virages que nous garons nos véhicules au-dessus du Gîte Auberge des Damias, au croisement des pistes menant au col St Pierre et à Eourres (1024m).

Par le sentier, à l’ombre des pins noirs puis à travers les prairies, nous atteignons Eourres (950m) afin de gravir le col de Verdun (1316m)

Arrivés au col une petite pause est la bienvenue pour se restaurer bien abrités au milieu des arbres car un vent frais s’est levé pendant l’ascension tandis que le soleil se voilait.

Nous attaquons le dernier raidillon (300m) pour arriver au sommet Sud Ouest de la montagne de Mare borné à 1603m. Juste le temps de nommer les sommets que nous apercevons sur 360° (Vercors, Ventoux, Luberon, Lure, Verdon, Haute Bléone, Ubaye, Durance, Champsaur et Dévoluy) et nous voici dans la prairie. Le vent se fait de plus en plus violent et froid, même les tulipes de Celse n’osent ouvrir leurs pétales.

Avant le sommet Nord Est (1622m) nous trouvons un bel abri contre les rochers. Plus de vent et le soleil réapparaît pour nous réchauffer pendant notre pause repas, toujours bien agrémenté par nombre de douceurs.

Après avoir franchi les 50m et atteindre le sommet, nous commençons notre descente en crête face aux sommets bien enneigés encore des Alpes du Sud.

Avant d’arriver au col St Pierre nous bifurquons sur notre gauche pour rejoindre la hêtraie du bois de la Sapie. Nous empruntons un beau sentier en sous-bois et profitons du calme revenu bien abrités du vent.

Au-dessus de la balise du « Cloutet » (1350m) deux espaces dépourvus d’arbres s’ouvrent à nous : c’est le domaine des pivoines !

Sur le premier terre-plein juste un bouquet et une plante, déception L Sur le deuxième espace les pivoines sont bien là mais « re déception », cette année (contrairement à la crête des Boursiers), elles sont en retard et sont encore pour la plupart en boutons, dommage !

La descente (350m) n’est plus qu’une formalité pour le groupe : 40 minutes plus tard nous voici aux portes de nos voitures pour notre retour vers Sisteron.

Nous avons gravi près de 900m pour 14km

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama




Tête de La Plane et la crête des Barses

Randonnée du 19 mai 2016

Animée par Daniel et Alain


Nous n'étions que 3 l'année dernière ; nous sommes 20 cette fois-ci pour cette belle rando fleurie au départ du petit village de Gigors !

Dès les premières pentes, voilà les sabots de vénus ; on pourra en admirer quelques beaux bouquets tout en fleurs ou encore en boutons. Plus haut ce sera des tapis de muguet !

La montée se poursuit dans une belle forêt de hêtres. Une petite halte à la Dent nous offre un beau panorama sur la vallée et au loin sur Dormillouse, le Morgon, le Mont Guillaume, les aiguilles de Chabrières, le Champsaur et le Dévoluy même si tous ces sommets sont encore un peu dans les nuages.

La crête est toute proche avec ses asphodèles et un dernier effort nous mènera à la Tête de La Plane.

C'est là que le groupe se partagera en deux. Les premiers partiront à flanc et rejoindront par une piste la crête des Rouyères. Les autres suivront la crête des Barses avec quelques passages équipés de corde, par la tête de Louberie et le sommet des Plauts.

Tout le monde se retrouvera pour le pique-nique, agréablement accompagné de quelques douceurs comme d'habitude !

La suite est à la carte. Certains prolongeront la pause en attendant un petit groupe qui fera l'aller-retour au col des Rouyères. Ils redescendront ensemble par la source du Jas et rejoindront Gigors à travers la forêt.

Les autres quitteront le col des Rouyères par l'est à travers quelques ravines, avant de gagner le fond du vallon au pied de la crête des Barses. Après un cheminement sur une petite route (Le Forest Loin, Gourdinot, Crève-Coeur) nous rejoignons le ravin de Très Pèbes que nous traverserons plusieurs fois, la dernière sur un pont népalais un peu branlant ! Quelques ancolies et céphalanthères avant de regagner Gigors tout proche.

Par les crêtes : 6h, 14km, 1000m de dénivelée

Les animateurs du jour, Alain et Daniel

Cliquez sur la photo pour accéder au diaporama



La crête de l’Âne

Randonnée du 17 mai

Animateur Gérard K.


La crête de l'Ane : un sommet emblématique au dessus de Ribiers, plusieurs fois parcourue par notre association !

Ce mardi, nous étions 9 amateurs à vouloir fouler les alpages et admirer le panorama en haut de ce site sauvage.

Départ de la randonnée à 8h 30 depuis la ferme de Plaugiers sur les hauteurs au dessus de Ribiers. Montée tranquille jusqu'au col de Blauge (altitude 1372 m) où nous profitons d'une pause avant d'entamer la partie raide qui mène au sommet.

Depuis le col de Blauge, le balisage (rouge et jaune) est bien visible. L'ancien tracé figurant sur les cartes IGN a été modifié.

La pente est rude jusqu'au sommet. Chacun monte à son rythme, s'arrêtant de temps en temps pour reprendre son souffle ou pour prendre quelques photos de fleurs.

Du sommet (altitude 1615 m), très belle vue. Dans le lointain, les sommets alpins sont partiellement enveloppés de brume.

Le soleil se cache derrière les nuages. il est temps de descendre sur le versant ouest avant de prendre froid.

Pique nique au soleil au lieu dit la Faïrotte près du col St Pierre (une pause agrémentée d'apéritifs, de douceurs et de digestifs toujours aussi appréciables).

Descente jusqu'au gîte forestier ONF du Couais (cabane non gardée assez dégradée au milieu d'une clairière sympathique) et retour vers le col de Couais par une montée soutenue avant de basculer vers Ribiers par la bergerie Taxil (rien à voir avec l'astrologue Taxil et la comète de 1607). Retour aux voitures vers 16h 15.

C'est chez Mireille et Gérard, à Ribiers, que nous prendrons au retour, un rafraîchissement bien mérité et un gâteau douceur.

Distance parcourue 15,7 km - Temps effectif de marche 5 h - Dénivelé 960 m

Bravo à tous pour votre participation à cette randonnée soutenue.

cliquez sur la photo pour voir le diaporama



BELLEVUE à VOLX

Randonnée du 10 MAI

Animée par Alain D.


Vu le temps incertain, j'annule au dernier moment la randonnée de Notre Dame de Bois Vert et le Moutet qui culmine à plus de 2000m, pour une randonnée vers le Sud : le Belvédère de Bellevue à Volx.

Nous nous retrouvons 11 sur le parking au pied des rochers de la Garde et leur grotte de la Capellane.

Pour une fois nous commençons par descendre tout en visitant les quartiers anciens de Volx pour venir prés de la route de Saint Maime jusqu'à l'écomusée de l'olivier (347m).

A gauche, un petit sentier s'offre à nous pour remonter la combe SARZEN.

Dans le sous-bois, nous découvrons la floraison méditerranéenne (plantes et arbustes) tout en franchissant successivement ravins et croupes.

Arrivés à la piste (700m), une petite pause nous permet de se restaurer tout en admirant le paysage et tout particulièrement la Roche Amère (584m).

Dernier petit effort pour arriver au "sommet des Tamalous", puis descente vers l'intersection qui nous mènera à la Garde. De là nous dominons le village et la vallée de la Durance.

Face à nous, le plateau de Valensole et les crêtes du Verdon. 

Nous déjeunons au milieu d'un champ de thym et d'arbustes en fleur.

Nous profitons d'une bonne heure de repos après avoir dégusté quelques friandises et en particulier des spécialités belges. 

Retour à l'intersection pour faire le tour du plateau et marcher sur le versant ouest :

Montagne de Lure, Ventoux, Forcalquier, Saint Michel Observatoire, Saint Maime et Dauphin. 

Nous bifurquons à gauche parmi la plantation de cèdres et montons jusqu'au point culminant du belvédère : la tour de vigie à 791m. Un petit tour vers le pylône, puis la ferme Bellevue........ et nous retrouvons notre chemin initial. 

Il est temps de penser à la descente : d' abord vers la piste de Pélissier, puis sur la gauche pour se diriger vers Volx au bas des Margaridètes par le col de Pissatier et le ravin de Fontamaurri.

Nous poursuivons la descente en rive gauche sur un chemin jalonné de constructions en pierres, maintenant désuètes, qui servaient de regards de surveillance sur l'ancienne

canalisation qui alimentait Volx en eaux durant des siècles. Ce sentier aboutit sur la piste qui, au milieu d'oliviers plusieurs fois centenaires, nous permet de rejoindre nos voitures.

Nous avons bien profité de la clémence du temps, d'autant que l'après midi le soleil et même la chaleur nous ont accompagnés.

Alain

Cliquez sur la photo pour voir le diaporama



Les sources du Rouveiret

Randonnée du 5 mai 

Animatrice: Monique L.


Enfin le grand beau temps est là ! Nous allons en profiter

Nous sommes 8 à partir vers Digne les Bains pour explorer les sources du Rouveiret.

A l'instar du Nil qui a plusieurs sources le Rouveiret , à une échelle différente , a la même originalité.

Peu après le quartier de Siéyes nous franchissons un gué, hélas ce n'est pas celui attendu, et partons en direction de Champtercier.

L'animatrice se rendant compte de son erreur prendra un sentier nous ramenant sur le bon itinéraire !!! Nous avons pu ainsi découvrir 'de loin' le village des santons et son clocher carré.

Le bon chemin, agrémenté de montagnes russes, nous conduit vers le col de Peipin (904 m ).

La vue est superbe, le Cousson, la Bigue du Siron, la crête de Geruen, Vaumuse etc....

A l'abri du vent, plein sud, nous nous posons pour le pique nique.

Nous repartons en admirant un bosquet de lilas en fleur, à proximité de restanques, attestant de la présence humaine il y à quelques années …

Nous traversons plusieurs 'rus' qui donnent naissance au torrent Rouveiret.

Par monts et par vaux, forêts et prairies , nous atteignons le village perché de Courbons.

Après une petite halte (provisoire) au cimetière nous reprenons notre marche à travers champs et passons à côté de la Chapelle St Pierre, sommairement restaurée.

Au détour du chemin, un groupe de touristes nous observent !! arrivés à proximité nous avons le plaisir de reconnaître Jean Claude R et sa famille.

Nous apprenons ainsi que c'est par le bruit de nos babillages que nous étions repérés depuis un moment.

Et oui, les langues aussi marchent à Sisteron Rando !!!

Nous poursuivons notre périple, en côtoyant des cerisiers, des abricotiers, des poiriers, prometteurs de belles récoltes.

Arrivés à notre point de départ, le verdict : 18 km et 650 m dans nos gambettes.

3 km de 'rab'; un grand merci aux participants .

Monique l'animatrice du jour.

Cliquez sur la photo pour accéder au diaporama




La Tête de Boursier au départ de Claret

Randonnée du 3 mai

Animée par Michel D.


Il faut savoir s'adapter et, la météo prévoyant des rafales à 70 km/h, j'ai remplacé la randonnée de prévue : la montagne d'Aujour par la Tête de Boursier.

Nous sommes partis à 10, du parking de la gare de Sisteron, pour 27 km de route et nous retrouver dans ce charmant village de Claret, avec ses habitants bien sympathiques, qui nous indiquèrent fort gentiment la départ de cette rando.

Après une courte descente, ce fut une montée assez longue, suivie de descentes et remontées, sans vent. pour arriver 3 h plus tard, un peu essoufflés, sur cette fameuse tête de Bousier, avec, pour nous accueillir,

d’innombrables bouquets de pivoines, quelques sceaux de Salomon et des amélanchiers, au port élégant et,  d'une floraison spectaculaire.

La vue est superbe et, toujours aucun vent, nous prenons le casse-croûte là, avec, comme souvent, ses différents apéro (a doses homéopathiques) et petites douceurs digestives.

Pour le retour, la descente est assez raide, l faut être prudent, les cailloux roulent sous nos pieds, et le vent, sur ce versant, souffle très fort, mais en même temps, apporte une certaine fraîcheur, bien agréable.

Nous avons retrouvé les voitures vers 15 h 45.

Robert connaissant un petit bistrot nous y emmena et, c'est avec une très grande joie que nous y avons pris un rafraîchissement bien mérité.

Bilan GPS: 12 km et 800m de dénivelée positif.

Michel D.

Cliquez sur la photo pour accéder à l'album

 

© 2019 by Sisteron-Rando. Proudly created with Wix.com

Informations légales - En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs (cookies) afin de réaliser des statistiques anonymes de visites, vous fournir les services que vous demandez expressément Pour en savoir plus cliquez sur le lien