• modumas

Randonnées de Février 2017

Mis à jour : 8 juin 2019

Une boucle au-dessus de L'Escale - Les crêtes de Lure en raquettes - Autour de la Laye - Le plateau de Ganagobie - La Beaume–La haute Beaume



Une boucle au-dessus de L'Escale

Randonnée du 23 Février

Animée par Yvette G.


Des boucles au-dessus de L'Escale, on peut en trouver une multitude à faire ....

Voici celle que l'animatrice a proposée ce jeudi à 14 de ses collègues qui avaient envie de faire le plein de soleil et de grand air.

Départ du quartier "Giraud", pour la mise en jambe nous empruntons d'abord la piste forestière, large et confortable, qui monte à travers la forêt des Pénitents ; puis nous recoupons le GR et le suivons jusqu'au croisement des "4 chemins".

Petite halte avant de prendre le sentier qui nous mènera jusqu'à La Colette en suivant la ligne de crête. D'abord plusieurs raidillons (pas très longs, mais bien raides) entrecoupés de courts replats, pause banane avant la dernière partie plus régulière mais plus longue. Un peu dur parfois, mais tout le monde est à La Colette, et la belle vue sur la vallée de la Durance, les Pénitents côté sud et Céüse, Plateau de Bure côté ouest récompense des efforts de l'ascension.

Un petit sentier sur la droite nous tend les bras pour aller pique-niquer sur la crête de Piégu, certes un peu en contrebas, mais bien dégagée et qui offre aussi de superbes points de vue (cf. diaporama). Echange de douceurs habituel, petite sieste, tout le monde est "requinqué" pour repartir. La remontée jusqu'à La Colette est finalement courte et l'appréhension du départ vite effacée.

Après La Colette, finie la montée, le sentier serpente agréablement dans la forêt. Nous avons un festival de planeurs au-dessus de nos têtes. Un chevreuil détale pas loin et croise devant nous.

Nous rejoignons bientôt le PR et entamons la descente en le suivant sur la gauche. Sentier toujours dans la forêt, qui se transforme plus bas en piste forestière relativement pas trop caillouteuse. Les galets sont légion dans le coin quand ils ne sont pas emprisonnés dans le magma donnant du "pudding" que traversera d'ailleurs le sentier retrouvé plus bas.

Nous rejoignons les voitures en empruntant un agréable sentier indiqué par Félicien venu en voisin, et au passage, une oliveraie centenaire nous présente quelques beaux spécimens.

Yvette

C'était une boucle de 14 km, avec 820 m de dénivelé, que nous avons parcourue en 5h de marche effective par cette superbe journée !

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


Les crêtes de Lure en raquettes

de la station au Pas de la GRAILLE

Randonnée du 6 février 2017

Animée par Monique L.


Nous sommes 8 à partir pour la station de ski de Lure.

L’appréhension est bien là : y aura t-il de la neige pour, enfin, sortir les raquettes !!!

Le suspense sera présent jusqu'à l'arrivée.

Il faut bien reconnaître que le manteau neigeux est très râpé ….

Mais, haut les cœurs, nous partons les raquettes sur le sac.

20 m sont parcourus ,et miracle, , il y a suffisamment de neige pour enfin chausser les raquettes.

Pour certains c'est le bonheur, pour d'autres la galère : Christian étrenne les siennes et les nouvelles attaches – techniques- poseront quelques problèmes.

Enfin équipés nous partons vers l'aventure.

Le soleil est bien présent, pas un souffle de vent, la neige ne manque pas :le bonheur !!!!!

Nous allons progresser , tantôt hors sentier, tantôt sur la route, des creux, des bosses des paysages grandioses....

Peu à peu nous arrivons au Pas de la Graille, 1597 m. Nous pique niquons « en terrasse » plein sud.

Un petit vent frais se lève, nous repartons, grimpons jusqu’aux antennes et sommet de Lure 1826 m.

Soudain de gros nuages menaçants nous poursuivent qui disparaissent tout aussi rapidement.

 Nous retrouvons la station et sa foule de vacanciers, adeptes de la luge-cool (remonte-luge )

Nous avons parcouru 12 km et gravi 400 m

Un grand bravo à tous les participants, certains un peu surpris par le caractère sportif du circuit, et qui je pense, vont bien dormir !!!

Monique l'animatrice du jour

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama



Autour de la Laye

Randonnée du 14 février

animée par Stanislas


Onze valeureux sont présents au point de rencontre habituel mais, par un prompt renfort, se retrouvent 16 au parking de N.-D de Salagon. Le ciel bleu est en berne depuis quelques jours. Nous ferons sans et n'épuiserons pas nos réserves.

Salutations tardives accomplies nous partons sur le GR en direction du pont roman. Les crues de la Laye ayant vraisemblablement miné ses piles au cours du temps il a été consolidé par 2 arches et 2 becs au XVIIe siècle. Nous poursuivons vers Chabrière, passons le ravin de Bélé (heureusement que les cartes existent tant il brille par sa discrétion) puis gagnons le hameau des Craux. Plus que les quelques demeures présentes, ce sont les chênes qui frappent par leur majesté, en plein été pas un rayon de soleil ne doit atteindre leurs pieds.

Nous passons le ravin de l’Été et montons le sentier du Petit Sauvan à travers une belle chênaie. Plus nombreux et ne profitant pas d'autant d'eau, les arbres y sont de taille plus modeste. Nous passons le Jas de Porchère que les beaux jours réveillent puis obliquons vers ''Vire Vieille''. A vol d'oiseau Notre-Dame-de-Châteauneuf, où nous ferons la pause, n'est pas loin mais le ravin de l'Été est encore là et il nous faut descendre 100 m. pour le traverser et en monter autant. Visite rapide de la chapelle, modeste, mais bien entretenue, avant de profiter d'une table et de sièges à disposition pour reconstituer nos réserves et partager ''certaines'' douceurs dont, foi de randonneur, nous n'abuserons pas.

Faute d'avoir atteint le point haut le matin, il faut le faire l'après-midi. Quelques pauses, dont une peu de temps après le départ alors que le sentier passe à côté d’œuvres de ferronnerie d'art exposées en extérieur, éviteront que la digestion soit trop perturbée. Après un tour rapide des Ybourgues nous prenons le chemin de retour à travers la forêt de Pelicier qui nous cachera longtemps la retenue de la Laye. La descente vers le village de la Laye par le sentier raviné nous demande une certaine vigilance dont 2 VTT qui nous dépassent à bonne vitesse nous démontrent qu'ils n'en manquent pas et ont foi en leur bonne étoile. Quelques centaines de mètres sur le goudron et nous retrouvons le GR où il descend vers le cours d'eau.

durée : 5 h. - distance : 18 km - dénivelée : 650 m.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama



Le plateau de Ganagobie

Randonnée du 12 février

Animée par Alain D.


C’est à 6 randonneurs que nous nous retrouvons à 9h30 au pied de la route qui monte au village derrière le restaurant et le garage (400m).

Nous empruntons le GR direction la repentance, mais 200m après nous bifurquons sur notre gauche afin de remonter à flanc de coteau le ravin de pont Bernard sur sa rive gauche.

Ce sentier nous mène jusqu’à la citerne DFCI de la piste de Chié. De là nous remontons en crête (667m) pour découvrir Auges et Tourdeaux. Puis nous empruntons un petit sentier plein ouest pour retrouver une piste plein sud et rejoindre le carrefour des pistes de Barbançon et de l’Etang.

Direction le plateau afin de remonter le chemin Monticelli par le « Rome-Compostelle » (683m). Bien sûr plein nord afin de rejoindre le rempart de Ville -Vieille et la porte fortifiée de la salle des gardes (datée fin XIIème début XIIIème).

Il est midi et le repas sera bienvenu afin de profiter du soleil et de la bienveillance du temps.

L’après-midi sera consacré à la visite du plateau : d’abord le tour de Ville- Vieille et sa tour nord (725m) afin d’admirer les montagnes enneigées autour de l’Estrop puis côté Est vers le Verdon.

Sous les remparts nous passons par les abris sous roche afin de rejoindre le bout de l’allée des moines et la croix qui domine le Val de Durance.

Retour vers le monastère et remontée de l’allée de Forcalquier ; vue sur la montagne de Lure, Forcalquier, St Michel et Cruis. Site des pierres levées, carrière de meules de moulin, fontaine « aux oiseaux » et retour à l’église que nous visitons. Le sarcophage de l’église qui avait été pillé lors de la révolution, servi à Lurs comme auge à cochons, puis arrivé dans le Gard par l’intermédiaire des brocanteurs, a été rendu au prieuré en 1982 par le dernier propriétaire.

Il est temps de redescendre bien sûr par la « source lavoir », l’ancien centre, le village puis l’ancien chemin pour arriver au pont canal et retrouver nos voitures.

Il est 16h15, nous sommes assez fatigués mais heureux de nos pérégrinations sous un temps bien clément pour la saison.

Nous avons gravi 400m pour un peu plus de 13km

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama



LA BEAUME – LA HAUTE BEAUME (05)

Randonnée du 7 février

Animée par Daniel A.


Contrairement à ce que pensait l'animateur du jour, la neige était bien présente au rendez-vous et c'est une rando à caractère hivernal qui attendait les 15 participants ! Quelques rayons de soleil ont pu s'échapper de la grisaille du ciel pour nous offrir de beaux paysages.

Départ du village de La Beaume qui comptait à l'époque de la construction du tunnel ferroviaire, 900 habitants, pour 6 fois moins aujourd'hui !

Un petit sentier déjà enneigé nous fait grimper jusqu'à une piste qui nous ramènera au ruisseau de Chauranne. Puis le balisage nous conduit jusqu'à la route par une rude montée dans des éboulis de pierres ; première suée pour certains !

On admire le magnifique cadran solaire installé en pleine paroi au dessus de la route.

La montée se poursuit à travers bois et malgré qu'on soit sur un flanc sud, la neige est bien présente. Nous gagnons un petit col au dessus de la Haute Beaume avec de très belle vue vers l'est (montagne de St Genis, Aujour, Dévoluy).

On atteint la Haute Beaume où l'on trouvera un petit abri bien au sec pour le pic-nic (avec l'accord du propriétaire bien sûr !). Si la neige fond à grosses gouttes du toit, la température est quand même assez fraîche mais les douceurs variées, sorties des sacs, sauront nous réchauffer !

Pas facile de trouver les balises sous la neige ! On rejoint le torrent qu'on longe d'une rive à l'autre ; reste alors une dernière montée assez raide et toujours enneigée. Le sentier devient horizontal et nous offre de belles vues sur la cascade et la grotte. Une dernière descente nous ramènera à La Beaume en passant devant les ruines d'un ancien ermitage.

4h30, 500m de dénivelée et 8 petits km !

 Daniel

Photos de Daniel et de Chantal

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama

 

© 2019 by Sisteron-Rando. Proudly created with Wix.com

Informations légales - En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs (cookies) afin de réaliser des statistiques anonymes de visites, vous fournir les services que vous demandez expressément Pour en savoir plus cliquez sur le lien