• solveigmorch

Séjours 2021

Dernière mise à jour : 19 nov. 2021

- Le VERCORS du 22 au 25 juin

- Massif du TAILLEFER du 5 au 9 juillet

- 2 jours dans les HAUTES ALPES 23 et 24 août

- Traversée du GRAND PARADIS du 26 août au 5 septembre 😊


 


Neuf jours dans le Parc National du GRAND PARADIS entre Cogne et La Thuile (27/08 au 04/09/2021)

Itinérance organisée par Yvette G. avec Edith et Caro


De la vallée d'Aoste orientée Est – Ouest, partent vers le Sud des vallées plus ou moins perpendiculaires qui vont s'échouer dans la haute montagne et les glaciers. Des itinéraires de randonnée passent d'une vallée à l'autre en franchissant un ou plusieurs cols qui avoisinent les 3000 m . Choix difficile sans être allée sur le terrain.

Alors j'ai fait appel à Edith que nous avions connue à Majorque. Elle nous a proposé une itinérance en 9 jours et nous avons été 17, disponibles et emballés par le projet. La réalisation de ce parcours, les paysages grandioses traversés ont été bien au-delà de tout ce que nous avions rêvé et imaginé. Edith et Caro, très professionnelles, nous ont magnifiquement accompagnés et guidés pendant ce périple, en plus avec des pique-niques hors du commun. Les « MERCI » ne suffisent pas.


Un groupe qui n'a jamais failli, même si les montées ont été un peu dures parfois, avec toujours bonne humeur et entr'aide. La préparation physique avec Caro, chaque matin avant le démarrage, a sûrement aidé nos articulations dans tout çà... Bravo à toutes et tous !


Nous avons passé 5 cols (je donnerai la palme au Passo Alto à 2860 m et au col du Lauson à 3300 m) et pu faire 2 sommets (la Punta Basei et la Becca Traversière, (respectivement 3338 et 3337m !).

Au total, nous avons parcouru environ 142 km avec un dénivelé positif d'environ 9100 m et un dénivelé négatif d'environ 8800 m (eh oui toute mesure comporte une erreur).

Tout çà avec des conditions météo de rêve (une pluie fine seulement une demi-heure avant l'arrivée, le dernier jour).


J1 (27/08) : De Valnontey (1666 m) au refuge Vittorio Sella (2588 m)

Bon début, nous prenons le « chemin des écoliers » et pas la voie directe. Mise en jambes en remontant le Torrent de Valnontey ; très vite un panorama de glaciers se dégage tout en haut avec en particulier le glacier de la Tribulation (le Grand Paradis est en fait pas loin derrière vers le sud).

Nous quittons le vallon pour une belle montée jusqu'aux « Casolari » de l'Herbetet qui étaient des maisons de chasse du roi Victor Emmanuel. L'une d'elle est parfaitement restaurée, fontaine, c'est le lieu idéal pour se substanter et se reposer un moment.

La suite c'est un superbe sentier en balcon, évitons de trop regarder sur notre droite ... Un nouveau paysage à chaque détour du sentier, quelques jolies grimpettes, un bon torrent à traverser, et dans notre dos les glaciers nous accompagnent. Une pause aux lacs du Lauson et bientôt petite descente vers le refuge, toutes et tous enchantés par cette première journée (comment seront les autres étapes??), et avec le soleil !

16,5 km ; D+ = 1160 m ; D- = 250 m ; environ 6h de marche effective ; ibp index = 100.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


J2 (28/08) : Du refuge Vittorio Sella à Eaux-Rousses (1666 m) ou passage du Valnontey au Valsavarenche

Entre les passages de brume, le col du Lauson se dévoile, tout là-haut à 3300 m. Montée douce dans les pâturages pour commencer, puis nous rentrons dans le tout minéral et la pente s'accentue ; il faut seulement adapter son rythme. Le col semble être là, mais non, ce n'est que le pré-col. Environnement époustouflant et impressionnant, quelque peu aérien, à ne pas croire qu'un sentier passe là depuis plus d'un siècle (époque de Victor Emmanuel). Et puis nous y voilà, à cheval entre le vallon du Lauson et le vallon de Leviona. Vallons de prédilection pour les bouquetins, en troupeaux ou solitaires, nous en avons vu beaucoup.

Un moment pour savourer, et nous entamons la longue descente vers Eaux-Rousses (qui doit son nom à un torrent d'eau ferrugineuse). Une première partie minérale, puis plusieurs étages de végétation, et enfin de larges lacets dans un mélézin, nous rejoignons le village/hameau et l'Hostellerie du Paradis ***, grand luxe. Journée extraordinaire !

19 km ; D+ = 780 m ; D- = 1685 m ; environ 6h de marche effective ; ibp index = 126.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


J3 (29/08) : D'Eaux-Rousses au refuge du Tétras Lyre, 2000 m (Pont, Valsavarenche)

Après la montée nord-ouest dans le mélézin, nous atteignons les alpages et traversons plein sud vers l'Alpe de Djouan jusqu'au lac du même nom. Un gypaète barbu nous accompagne un moment.

Petite pause au lac, puis l'objectif c'est le col du Manteau (2790 m) avec une bonne montée dans un pierrier, sacrés blocs ! Un passage un peu ardu le sentier s'étant éboulé, mais nos accompagnatrices guident à merveille. Et arrivés en haut, récompense : le Grand Paradis nous tend les bras de l'autre côté de la vallée ! Descente dans le vallon de Meyes pour trouver un endroit abrité au milieu des blocs pour le pique-nique.

Pour l'après-midi, proposition de 2 groupes : descente directe dans la vallée ou prolonger en reprenant un sentier balcon. Nous sommes 6 à suivre Caro, mais avant de nous séparer, surprise : de grandes cornes dépassent des herbes, c'est un troupeau entier de bouquetins qui fait la sieste !

Petite remontée avant de découvrir de nouveaux paysages juqu'au Plan Borgnoz et d'avoir un aperçu de l'itinéraire du lendemain. Descente vers les bergeries abandonnées de Turin, puis c'est un chemin caladé dans une gorge, et le refuge dans le fond de la vallée, très sympathique. Super journée !

22 km ; D+ = 1350 m ; D- = 1015 m ; environ 7h de marche effective ; ibp index = 139.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


J4 (30/08) : Du refuge du Tétras Lyre au refuge Savoia (2534 m)

La montée démarre fort, 4 étages pour atteindre le col du Grand Collet (2832 m). Surtout ne pas oublier de se retourner pour admirer le Grand Paradis de l'autre côté du vallon de Séiva !

Arrivés au col, option : on peut prendre encore un peu de hauteur en montant sur la crête, cailloux, lauzes !

Descente cool jusqu'au lac qu'on aperçoit un peu plus bas ; ce sera la pause pique-nique.

Descente encore pour atteindre le Plan du Nivolet (vraiment plat) et le refuge n'est plus très loin.

Il n'est pas tard, une petite prolongation vers le col du Nivolet en passant par le refuge Chivasso (en réfection) n'est pas de refus . De l'autre côté du col, c'est le bal de la brume ! Patience, et les lacs Agnel et Serru se dévoilent de temps à autre, féérique ! De même que la chaîne de montagnes au fond, avec la cime du Caro ; de l'autre côté, c'est la Haute-Maurienne !

hors prolongation : 11 km ; D+ = 1050 m ; D- = 515 m ; environ 4h15 de marche effective ; ibp index = 109.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


J5 (31/08) : Du refuge Savoia au refuge Benevolo (2285 m) au fond du Val de Rhêmes

Montée douce vers le Plan de Rosset et ses superbes lacs (lac de Rosset et lac Leità), véritables miroirs où se reflètent les montagnes dans cette lumière matinale.

La suite est raide avec un passage équipé pour passer à l'étage supérieur, minéral, et nous commençons à tutoyer les glaciers avec le glacier Basei à notre gauche en-dessous de la pointe du même nom qu'on voit bien à présent. C'est « l'option-défi » du jour …

Arrivée au col Basei (3176 m), de l'autre côté panorama époustouflant : juste à notre gauche les glaciers de Lavassey et de Fond (la Vanoise est juste derrière ce dernier), et bien d'autres au loin ; plus bas, le lac de Fond. La Punta Basei (3338 m) nous attend, y'a plus qu'à.

Approche sans problème, la dernière partie, la pointe, est équipée et le sommet est là, sous nos pieds, bravo ! Le temps de savourer ce belvédère et nous rejoignons le col pour pique-niquer tous ensemble.

Nous entamons la descente vers le refuge Benevolo, d'abord assez pentue, traversée des moraines et nous retrouvons les pâturages. Merveilleuse journée !

13,5 km ; D+ = 890 m ; D- = 1130m ; environ 5h15 de marche effective ; ibp index = 120.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


J6 (01/09) : Du refuge Benevolo au refuge Mario Bezzi (2284 m) au fond du Valgrisenche

Le sentier se faufile entre les roches, et ça monte bien pour atteindre la combe de Goletta. Là, le menu du jour est déjà visible : le col Bassac Déré (3082 m) et sur la gauche, la Becca Traversière (3337 m) ; pas de difficulté particulière pour cette option, alors pique-nique au sommet pour tout le monde.

Tout plat jusqu'au lac de Goletta, puis, une fois de plus, il va falloir le mériter ce col ... ensuite le sommet est plus facile ! La récompense est sublime : de part et d'autre, de vastes glaciers (Goletta et Glairetta) sous un ciel bleu de Provence, et un pique-nique hors du commun avec du melon à plus de 3300 m !

Nous sommes assis sur la frontière, de l'autre côté c'est la réserve de la Sassière et au loin nous apercevons Val d'Isère. Nous avons même la chance d'entrevoir le Mont Blanc.

Le panorama reste grandiose pendant la descente, avec un petit détour en bordure du glacier de Glairetta, bien vivant, une pause rafraîchissante au bord d'un lac sans nom. Il reste encore du chemin dans les alpages pour arriver au refuge. Journée fantastique !

15,5 km ; D+ = D- = 1200 m ; environ 6h15 de marche effective ; ibp index = 142.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


J7 (02/09) : Du refuge Mario Bezzi à Valgrisenche (hameau de Bonne, 1810 m)

Après 2 jours à toucher les glaciers, nouveaux paysages : une bonne montée en lacets dans les pâturages et nous atteignons le sentier en balcon qui nous mène jusqu'au Chalet de l'Epée. Tout plat ? non, ça descend, ça remonte … au milieu de champs de myrtilles, et avec de superbes panoramas.

Belles maisons en pierres à l'alpage de Londzet, puis nous terminons la descente vers le barrage de Beauregard dans une forêt de mélèzes. Une dernière grimpette sur l'autre versant, et ce soir c'est hôtel ***. Pas de col aujourd'hui, une journée relâche ??

19 km ; D+ = 990 m ; D- = 1460 m ; environ 6h45 de marche effective ; ibp index = 135.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


J8 (03/09) : De Lazei (1505 m) au refuge Deffeyes (2493 m)

Transfert en minibus entre le hameau de Bonne et Lazei : on descend le Valgrisenche jusqu'à la vallée d'Aoste et on remonte plus à l'ouest pour rejoindre le torrent Lenteney au niveau de Lazei.

Après une montée dans la forêt avec dégustation de myrtilles, le paysage se dégage. Dans ce beau cadre de montagne, nous nous recueillons quelques instants.

Le col est maintenant en vue, mais trop loin pour aller y pique-niquer … et nous aurons bien besoin d'énergie pour arriver en haut. Après le repas, il reste environ 400 m, d'abord en zigzagant entre les blocs, puis dernière grimpe en courts lacets dans un terrain bien pentu. Et le voici enfin ce dernier col (Passo Alto - Col Haut) à 2860 m ; ce n'est pas le plus haut, mais peut-être le plus dur, nous savourons ! Malgré le ciel bien chargé, encore une vue grandiose sur les lacs glaciaires, au loin sur le glacier du Ruitor et notre vallon de descente.

Assez technique au début, la descente par étages devient très agréable, si ce n'était le ciel qui nous fait presser le pas. Nous arrivons au refuge sans pluie. Bonheur...

13 km ; D+ = 1410 m ; D- = 420 m ; environ 4h30 de marche effective ; ibp index = 121.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


J9 (04/09) : Durefuge Deffeyes à La Thuile (hameau de La Joux, 1607 m)

Eh oui, c'est le dernier jour, on le sait, alors on ne prononcera plus ce mot … car nous avons encore de beaux paysages à découvrir, malgré le ciel bien chargé au-dessus de nos têtes .

Nous montons vers le glacier du Ruitor, encore immense bien qu'il s'écoule inexorablement dans ses lacs. Au loin, au nord, le massif du Mont Blanc … Nous flânons sur le vaste plateau en bas du glacier, l'eau semble stagner, peu profonde, mais quand la pente arrive, c'est un torrent qui dévale, impressionnant par son débit et son bruit. Le sentier le suit en parallèle dans les blocs, nous arrivons à l'étage du lac des Séracs, puis c'est l'étage du Plan de la Lière où le glacier d'antan n'est plus qu'une tourbière. Moment du pique-nique avec un rayon de soleil.

Encore un bon bout de descente dans la forêt, pas loin du torrent Ruitor, avant de retrouver les minibus qui nous ramènent à Valnontey.

Verre de l'amitié, au revoir Edith et Caro, un énorme MERCI pour ces 9 jours fantastiques !

13 km ; D+ = 260 m ; D- = 1130 m ; environ 4h30 de marche effective ; ibp index = 80.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


 

Mini séjour dans les Hautes-Alpes

23 et 24 août

Organisé et animé par Daniel A.


Histoire de rentabiliser un déplacement un peu long, on fera 2 randos à la journée avec une nuit en gîte. Nous sommes 13 pour cette aventure.


Lundi 23 août

Les lacs de Palluel et Faravel (Dormillouse 05)

Le parking au bout du vallon de Freyssinières est déjà bien rempli ; on ne sera pas seul !

Après avoir traversé le torrent des Oules, le chemin grimpe de suite avec de belles vues sur les cascades. On laisse à droite les chemins qui rejoignent le village de Dormillouse pour continuer à monter dans le mélèzin.

Voilà le carrefour des lacs. On prend l'option lac de Palluel, le plus haut. Nous voilà dans les alpages. Quelques myrtilles, la cabane de Palluel et une dernière grimpette pour atteindre le lac, magnifique coin de pique-nique. Belles vues sur le Queyras, le Viso et plus près sur la crête des Uvernaus, le pic de Rochelaire et la Tête de Vautisse, notre objectif du lendemain. Au-dessus de nous, le Grand Pinier.

Direction le sud vers le lac de Faravel avec, au milieu de nulle part, in magnifique champ de cairns !

Petite pause au lac avant la descente. On rejoint le carrefour des lacs et le premier embranchement pour le village. Tout le monde est en forme, on fait le détour. On traverse le canyon du torrent de Chichin sur une magnifique arche de pierres. Un peu de flânerie au village avant la dernière descente sur la rive gauche dans une pente bien raide.

6h30, 1100m de dénivelée, 14km environ


Mardi 24 août

La Tête de Vautisse

Bel accueil au gîte de Pinfol !

La météo s'annonce médiocre avec des orages dans l'après-midi. C'est donc un petit déjeuner très matinal (merci à notre hôtesse) avant de prendre la route. A vol d'oiseau nous sommes à moins de 4km de notre point de départ mais après la petite route il nous faudra beaucoup de patience pour affronter les 10km de piste qui nous amènent à la cabane de l'Alpe.

L'avantage c'est qu'on a pris de l'altitude ; on est déjà à 2400m ! et il n'y a pas grand monde !

Le troupeau est parqué près de la bergerie. Le ciel est bien couvert et on aperçoit tout juste un peu le Queyras. Nous voilà parti, plein d'espoirs !

La montée est tranquille dans les alpages jusqu'au col de Rougnoux ; quelques marmottes. La vue est toujours bouchée et le sommet se montre rarement. On choisit l'option par la crête de Rougnoux.

La montée est parfois bien raide dans les cailloux. Nous voilà au sommet (3153m) mais malheureusement sans la vue !

Le ciel s'assombrit et la descente sera rapide jusqu'au voiture ce qui ne nous empêchera pas de prendre une petite rincée et même quelques grêlons ! On croise une petite bande de lagopèdes. Pique-nique plus bas, au sortir de la piste.

Une belle journée malgré tout et une première pour tout le monde.

5h, 800m de dénivelée, 11km

cliquer sur la photo pour voir le diaporama


 

Le Taillefer

du 5 au 9 juillet

Organisé et animé par Daniel A.


Une météo, comment dire … plutôt moyenne ! Moitié soleil, l'autre moitié entre brumes et pluies, avec du froid ! Mais un groupe du tonnerre avec un moral inoxydable et un accueil très chaleureux en particulier au refuge du Taillefer. Sans oublier des parties de jeux divers pour passer le temps sous la yourte !

Un massif peu connu aux nombreux lacs avec de beaux sommets et une vue imprenable du Dévoluy au Mont Blanc en passant par le Vercors, la Chartreuse, Belledonne, les Grandes Rousses, l'Oisans.

Des fleurs par milliers, encore de la neige sur les versants nord qui nous empêchera de faire le sommet du Taillefer !

Au final, un beau séjour qui laissera des souvenirs …

12 participants, 5 jours de randonnée, environ 3800m de dénivelée et 67km


Jour 1 : Alpe du Grand Serre – col d'Ornon

Quelques nuages mais surtout du soleil

Démarrage en descente avec quelques portions de route jusqu'à Moulin Vieux. Puis ce sera une piste et un sentier au milieu des forêts et des prairies fleuries. Une dernière pente couverte de rhododendrons, au pied du Grand Armet et du reste de son glacier, nous amène à Plancol face au Grand Rochail et tout près du Taillefer.

Une traversée un peu impressionnante avec quelques passages câblés avant la descente sur la route et le col d'Ornon où nous attend notre premier gîte.

6h, 850m de dénivelée, 15km


Jour 2 : col d'Ornon – Villard-Reymond

Toujours du soleil et toujours des nuages, orageux en fin d'après-midi

Un peu de route pour rejoindre la « station » (1 téléski !) et une piste pour la « station haute » (1 autre téléski !).

Montée en forêt, un troupeau de moutons et ses patous au milieu des prairies avant de rejoindre la crête. Vue sur l'étape du lendemain, la montée au refuge, le sommet du Taillefer, le Grand Galbert et Belledonne. On se transforme en sangliers pour atteindre le sommet de la Tête de Louis XVI ! Vue sur les Grandes Rousses, les Aiguilles d'Arves, le plateau d'Emparis, les glaciers du Mont de Lans et de la Girose. Par des prairies on atteint le vallon du Grand Renaud puis une dernière traversée en forêt nous amène au village au milieu des pâturages

4h, 800m de dénivelée, 10km


Jour 3 : Villard-Reymond – refuge du Taillefer

On partira sous la pluie et la matinée sera très médiocre !

Descente dans les herbes hautes trempées puis dans la forêt. Un peu de route et voilà les hameaux du Villaret puis de La Palud.

Nous voilà au pied de la longue montée par le village d'Ornon. Un nouveau troupeau et ses patous. Le ciel s'éclaircit un peu et entre deux brumes on peut voir la Meije et le Rateau.

Voilà le refuge avec sa yourte où on mangera, sa douche solaire (il n'y aura pas la queue !) et un super accueil qui compensera le temps médiocre et le froid !

La face nord du Taillefer est bien enneigée et nous y renoncerons,

5h30, 1130m de dénivelée, 12km


Jour 4 : refuge du Taillefer – les lacs

La brume est épaisse et les prévisions météos pas fameuses ! Ce sera un petit tour par les lacs,

Pas de l'Envious, lac de l'Agneau, lac Fourchu. La brume nous accompagne et les paysages se limiteront aux fleurs et … aux grenouilles ! On se prend une belle rincée juste après le pique-nique.

L'après-midi se passera autour d'un vin chaud puis de jeux pour certains ou sous les couvertures pour d'autres !

4h, 280m de dénivelée, 8,5km


Jour 5 : refuge du Taillefer – Grand Galbert – Alpe du Grand Serre

Si la brume recouvre les vallées, ici il fait beau et nous en profitons pour monter au Grand Galbert.

Une vue étendue sur le Dévoluy, Vercors, Chartreuse, Belledonne, Mont Blanc et Grandes Jorasses, les Rousses et l'Oisans !

On redescend par la crête et vue sur le col du Treuil et le lac de Beauregard. On profite de nos derniers moments au soleil pour pique-niquer.

Après le lac du Pin on sera dans la brume. On retrouve la forêt aux chalets de la Barrière. Encore quelques lacs, Poursollet, Punay, Claret avant de retrouver la station et nos voitures.

7h, 700m de dénivelée, 21,5km

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


 

Le VERCORS

du 22 au 25 juin


Sommet du Platary

Randonnée en commun

22 juin

Gérard K.

13 participants (totalité du groupe)

Après le trajet en voitures depuis Sisteron, nous entamons la randonnée depuis Chichilianne. Passage d'un gué à la sortie du village pour nous mettre en jambes, avant d'emprunter un bon sentier qui remonte à travers bois jusqu'à la bergerie des Ayes (bâtiment inoccupé et verrouillé)

A partir de là, la montée à travers la forêt dans la combe de la Chanas devient très raide et continue ensuite en forte déclivité dans la prairie jusqu'au sommet du Platary. Bien que prévue au programme initial pour tous les participants au séjour, cette partie est nettemment au dessus du niveau des randos douces !

Du sommet du Platary (Alt. 1586 m), belle vue sur le Trièves et sur les sommets mythiques du Dévoluy (Obiou, Grand Ferrand, Garnesier)

Après une belle pause pique nique au pied de la croix sommitale,, nous descendons dans les prés du versant ouest pour trouver, après avoir tiré sur la droite, un sentier caractéristique qui descend à travers bois jusqu'au col du Prayet (Alt. 1197 m)

De là, retour tranquille à Chichilianne par une piste évidente, avant de prendre possession de nos chambres au gîte du village.

Dénivelé 600 m Distance 10 km


Crête Longue

22 juin

Mireille K.

3 participantes

Départ depuis le col du Prayet sur la route du col du Ménée. Erreur dans l'itinéraire mais nous descendons dans un superbe vallon très boisé, un mini colorado ; Splendide !

Dénivelée 400 m distance 7 km


----------------------------------------

Tour du Mont Aiguille

23 juin

Daniel A.

10 participants

La sortie du jour est assez longue et la météo assez médiocre avec des risques d'orage l'après-midi !On fera donc une mise en place de voiture pour la raccourcir un peu.

Départ du petit hameau de Trézanne. Le sentier coupe les lacets de la piste et on rejoint rapidement le col de Papavet. La crête nous tend ses bras et après une courte traversée nous voilà au col des Pellas. Le Mont Aiguille est enveloppé de nuages bas et se montre de temps en temps.

Descente tranquille sur le hameau des Pellas par les magnifiques prairies des Grands Clots puis direction sud ouest pour la 2ème montée du jour. La forêt est belle et on peut voir encore quelques sabots de vénus. Les dernières pentes sont raides pour arriver au pied du Mont Aiguille et de sa voie normale, un peu au-dessus du col de l'Aupet. Pause pique-nique où on pourra admirer à loisirs une harde de bouquetins !

La descente est très confortable et on atteint La Richardière où une voiture nous attend ainsi qu'un bar pour le pot de l'amitié !

1000m de dénivelée, 15km environ, 6h

----------------------------------------

Le Mont Barrel

24 juin

Gérard K.

13 participants (totalité du groupe)

Pour cette randonnée, nous quittons les voitures à l'entrée du tunnel routier du col du Menée, lieu de passage historique entre le Diois et le Trièves.

Le sentier s'élève au dessus du tunnel à une centaine de mètres en amont de l'entrée du tunnel coté Trièves. A partir de la croix au dessus du tunnel, le sentier remonte l'alpage vers le sud. La pente s'accentue progressivement avant d'arriver le long de la crête sommitale et de déboucher au sommet du mont Barral (Alt. 1903 m) d'où l'on peut profiter d'un panorama très étendu sur 360 °. Le temps est beau malgré les prévisions pessimistes de la météo annoncées pour la fin de la matinée.

Nous redescendons le long de la crête de Jiboui et profitons de la trêve météorologique pour progresser jusqu'au col de Jiboui. Certains d'entre nous, profitent de l'occasion pour faire une belle récolte de champignons dans la prairie. Mais le ciel se couvre brusquement et la pluie annoncée par la météo s'abat sur le groupe. Par chance, la présence d'une cabane providentielle permet de nous réfugier à l'intérieur, juste à temps avant l'arrivée d'un déluge de pluie et de grêle (ouf !).

Ce n'est qu'une paire d'heures plus tard que nous pourrons repartir et redescendre jusqu'à l'entrée du tunnel routier du Menée coté Diois avant de retrouver les voitures en passant par dessus le tunnel au niveau de la croix.

Dénivelé 600 m distance 8 km


----------------------------------------

Le Goutaroux

Rando douce

25 juin

Mireille K.

2 participantes

Départ de Trézanne. Montée par le col de Papavet et la crête del'Aubeyron avec la présence du mont Aiguille tout proche. Belles vues sur le Trièves, le Dévoluy et les crêtes du Vercors.

Dénivelée 570 m Distance 9 km


Tête Chevalière en boucle

25 juin

Daniel A.

11 participants

Une météo encore incertaine et donc une nouvelle mise en place de voiture.

Le ciel est couvert et notre ami le Mont Aiguille est bien caché dans ses nuages ! Départ du gîte et nous voilà très vite au milieu des belles prairies bien grasses. La forêt est toute proche et la pente s'accentue. On s'élève rapidement et on atteint facilement le pas de l'Essaure où le brouillard nous attend. C'est justement à partir de là qu'on est hors sentier ! La boussole pour faire l'azimut et on chemine à travers un relief assez tourmenté. Rencontre avec un bouquetin et on arrive au sommet marqué d'un énorme cairn. La vue est bouchée de toute part. On redescend, toujours à l'azimut, pour un coin pique-nique au milieu des fleurs.

On rejoint assez facilement un sentier balisé qui nous conduit à la cabane de Chaumailloux où repose un troupeau de chevaux très affectueux et peut-être un peu intéressés par le contenu de nos sacs !

Juste après, c'est le Monument de la Résistance puis le pas de l'Aiguille assez impressionnant ; la descente paraît bien raide dans la gorge mais le sentier est bien marqué et on arrive aux prairies et à la voiture laissée au foyer de ski de fond.

Retour à Chichilianne où tout le monde se retrouve pour un dernier pot qui clôturera ce séjour bien sympathique

1000 m de dénivelée 15 km environ 6h

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama




505 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout