• modumas

Randonnées d’Août 2016

Mis à jour : 7 juin 2019

Le Raton - L’Obiou - Col de la Vallette - Lac du Crachet et lac de Lalatcha - Les Vallons - Le Duffre - Le Piolit -



Le Raton

Randonnée du 23 Août


La fraîcheur matinale à la gare de Sisteron et la direction des Htes-Alpes nous inciteraient à passer la journée entière sur les chemins, mais la météo ne le voit ainsi : soyez raisonnables nous dit-elle, car il va faire chaud! Notre départ vers le Raton n'aura donc pas lieu de Rosans même mais à mi-chemin du col (point 895 sur la D25) ce qui d'entrée, nous fait économiser 200m. de dénivelée.

Après un tronçon de piste, virage à droite toutes vers le sentier longeant la forêt domaniale de l'Eygues en direction de la Baumelle. Seul un âne manifeste sa présence lors de notre passage au dessus de l'habitation. Le rucher a été déserté par ses habitantes mais les nombreuses traces menant de l'un à l'autre de leurs logements compliquent notre repérage pour retrouver le sentier balisé. Plus haut ce n'est pas mieux, les arbres et arbustes qui ont repris leurs droits. Peu importe la manière, l'important est le résultat et après 90 m. d'ascension un peu physique nous retrouvons le chemin recherché. C'est dans la fraîcheur ô combien appréciée de la forêt que nous parvenons au col de Pomerol.

Les 400 derniers mètres d'ascension en terre drômoise, jusqu'à la Passière de la Sapie se font à l'ombre essentiellement, avec un passage un peu raide vers le sommet. Le ciel est bleu, le soleil brille, un léger vent souffle, la température est idéale et le panorama est magnifique (Ventoux, Devoluy, Vercors, village de Pomerol et son ''château'', 3 Becs, Ecrins …), que demander de plus pour la pause ?

Les réserves reconstituées il faut prendre le chemin du retour. La descente caillouteuse le long de la ligne de cairns et le retour vers le col, parfois avec un léger vent frais mais souvent dans des bouffées chaudes paraissent interminables. Heureusement la forêt domaniale est encore là pour nous faire profiter de son ombre, mais est moins généreuse pour la fraîcheur. Les véhicules ne sont plus très loin et nous les rejoignons par le chemin le plus court. Notre parcours à 7 s'arrête là, les uns vont à Pomerol rendre visite à leurs amis belges, les autres à Rosans pour profiter de la terrasse ombragée de son café et du panorama depuis sa tour romane.

Dénivelée : 637 m - Distance : 13,4 km - durée : 4h40

En passant la souris sur une photo, vous pouvez la visualiser plein écran

📷mobile ou girouette📷le sommet n'est pas loin📷Pomerol et son château📷📷La crête de Raton📷Devoluy et Bure📷duvet oublié au col📷Rosans📷📷les toits de Rosans et le Raton📷mobile ou girouette📷le sommet n'est pas loin📷📷📷📷📷📷📷📷📷📷





L’OBIOU

Randonnée du 25 août

Animée par Gérard K.


L'Obiou (altitude 2789 m), point culminant du massif du Dévoluy, est un sommet fascinant tant par son coté majestueux que par son ascension à travers un espace minéral parfois vertigineux. La voie normale, accessible aux randonneurs sans matériel spécifique, est belle, délicate et exposée, proche de l'escalade.

C'est peut être pour cela qu'elle a été mise plusieurs fois au programme de Sisteron Rando.

Nous sommes 5 participants ce jeudi matin à tenter l'aventure.

Départ de Sisteron à 7 h. Une heure de départ peut être trop tardive compte tenu de la météo qui promet une journée sans nuages mais caniculaire.

Au hameau des Payas, nous empruntons en voitures, la piste qui monte en lacets durant 7 km à travers la forêt jusqu'au chalet des Baumes. Au passage, nous remarquons que les éoliennes de Pellafol sont à l'arrêt. Pas un souffle d'air ce matin là.

Début de la randonnée pédestre vers 9 h depuis le parking des Baumes et montée dans les alpages des Faïsses avec un soleil déjà chaud malgré l'altitude.

L'air ambiant, moins vif que durant les ascensions précédentes, rend la progression de marche plus laborieuse. Alain, qui souffre ce jour là de sérieux problèmes de dos, avance doucement et devra s'arrêter à mi chemin.

Au pied du couloir, nous rencontrons Aline et son ami. Ce dernier n'a pas pu franchir ce passage délicat, victime de son appréhension.

Le couloir, de plus en plus raide au fur et à mesure que l'on se rapproche du col, est constitué de petites vires horizontales en forme d'escalier servant d'appui pour les mains et les pieds. Ce passage, impressionnant surtout à la descente, demande d'avoir le pied sûr.

Arrivés au col du petit Obiou (altitude 2440 m) à 12 h, la vue qui s'offre à nous est déjà remarquable. Nous laissons là Alain qui a tenu à franchir le couloir malgré ses problèmes de dos.

A partir de cet endroit, un sentier raide nous conduit jusqu'au pied de la falaise sommitale. Le reste de l'ascension est constitué de passages en escalade facile sur des dalles inclinées en forme de gradins dans un décor aérien et parfois exposé au vide.

La température et le manque d'air rendent la progression difficile. Marie, pourtant endurante, mais en manque d'entraînement récent, réclame de fréquentes pauses de récupération.

Un dernier tronçon sans difficulté technique et nous atteignons le but vers 13 h 30. Sur cette dernière partie, Marie fera preuve de beaucoup de volonté malgré sa fatigue, et arrivera au sommet.

Pique nique agréable sur la vaste aire pierreuse du point culminant. Un panorama époustouflant de sommets s'offre à nous sur 360 ° dans un ciel sans nuage. Une petite brise rend l'atmosphère (enfin !) agréable. Quelques parapentes tournoient dans le ciel au dessus de nous.

Après une heure de pause et une Marie de nouveau valide, nous entamons doucement la descente jusqu'au col du petit Obiou où nous retrouvons Alain.

Passage "chaud" dans le couloir où nous restons très attentifs, puis retour sur les alpages avec une pause bien méritée dans l'herbe

Arrivée aux voitures à 17 h30

A Pellafol, nous remarquons que les éoliennes se sont remises à tourner.

Pot de l'amitié au bar d'Agnières en Dévoluy.

Retour à Sisteron 20 h après une journée bien remplie !

Distance parcourue 13 km - Dénivelé 1250 m - Temps effectif de marche 4 h 45 (?)

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama



Col de la Vallette

par le Refuge du pré de Chaumette

Randonnée du 11 Août

Animée par Gérard K.


Un itinéraire contrarié ! ­

L'été est propice à de belles randonnées d'envergure et le programme de Sisteron Rando est là pour en témoigner. 

Ce jeudi, nous avons prévu d'effectuer la boucle passant par le col de Gouiran, le col de la Vallette et le refuge du pré de Chaumette au départ des Auberts au fond de la vallée de Champoléon. C'est une randonnée longue et difficile, sans difficulté technique, mais qui demande une bonne forme physique.

Départ de Sisteron à 6 h 45. Fort Mistral

7 participants

Début de la randonnée pédestre à 8 h 30 depuis le parking des Auberts.

Après quelques minutes de marche, les indications d'un panneau d'avertissement vont contrarier notre projet : le sentier du vallon d'Isola qui monte en direction du col de Gouiran est fermé suite à un éboulement de roches instables.

Nous décidons donc d'effectuer une partie de la boucle dans l'autre sens en partant du refuge du pré de Chaumette.

Montée tranquille jusqu'au refuge par le sentier, le long du Drac Blanc. Le refuge est une belle bâtisse au toit de Lauzes avec, à l'entrée, un curieux et gigantesque pilier en tronc de mélèze.

Du refuge (altitude 1810 m), nous prenons le GR 54 qui monte en pente modérée dans un vallon pierreux vers le col de la Vallette (altitude 2668 m). Il est déjà 10 h lorsque nous entamons la montée et l'ascension assez longue, va s'avérer éprouvante pour quelques uns d'entre nous.

Beaucoup  de pauses au bord du sentier pour reprendre son souffle, une allure de marche de plus en plus modérée auront raison de la détermination du groupe d'atteindre le col de la Vallette. A 12 h 45 nous marquons une pause pique nique tout près du Puy de Chaumette (altitude 2563 m).

Un ciel qui s'obscurcit et un vent froid à vous glacer la peau vont nous inciter à redescendre jusqu'au refuge. Et c'est en anorak et avec les gants aux mains que nous entamons la descente.

Plus bas, la température sera de nouveau plus clémente. Petite dégustation de myrtilles sur le bord du sentier avant une halte au refuge pour une boisson (chaude pour quelques uns d'entre nous) bien méritée. La terrasse et la grande salle du refuge sont quasiment vides ! La fraîcheur et le vent n'auront pas attiré la foule des randonneurs du mois d'août !

Arrivée aux voitures à 17 h15 après un passage par la jolie cascade de Prèle sur le bord de la piste.

Après vérification sur la carte et le GPS : distance parcourue 19,7 km - 6 h de marche effective -

1090 m de dénivelé 

Cliquez sur la photo pour accéder au diaporama


Lac du Crachet et lac de Lalatcha

Randonnée du 9 août

Animée par Michel D.


J'ai du avancer l'heure de départ, de 30 mn, car les prévisions n'étaient pas très bonnes.

C'est donc à 6 h 30 que les dix participants se sont retrouvés sur le parking de la gare.

Nous sommes partis à deux voitures, direction Crévoux, où nous sommes arrivés après

1h45 de route.

La montée vers le lac de Crévoux, est assez raide, et nous oblige à quelques arrêts dans la grimpette.

Nous arrivons ensuite, sur un plateau verdoyant, ou coule un joli ru, avant d'arriver au lac du Crachet que nous longeons.

Ensuite, le chemin se fera un peu plus pentu, bien marqué par des cairns qui nous tracent la voie.

Trois resterons au lac du Crachet, Sept monteront au lac de Lalatcha, mais 3 seulement pourront y parvenir, car un problème important, obligea quatre d'entre nous à faire demi tour, le chauffeur devant rentrer chez lui très rapidement.

Après une montée assez pénible pour moi, nos yeux émerveillés, ont pu contempler le décor majestueux que l'on ne peut voir qu'au sommet. Le lac de Lalatcha, dans un écrin minéral.

La descente, se fit sans problème, au lac du Crachet, un peu de monde, avec de jeunes enfants, qui ont tout de même gravis près de 600 m, chapeau ! la relève est là.

Nous avons finis cette rando par une bonne bière.

Merci à tous ceux qui y ont participé.

Dénivelée : 1180 m pour 13 km

Cliquez sur la photo pour accéder au diaporama


Les Vallons par le Val Estrèche

Randonnée du 7 Août

Animée par Alain D.


Nous sommes 10 à partir de Sisteron pour nous rendre au hameau des Baumes dans la vallée de Champoléon ou du Drac Blanc. 

C'est le même départ que pour se rendre aux lacs de Crupillouse, mais après quelques lacets, il nous faut obliquer à gauche pour remonter le torrent de Val Estrèche.

La première partie grimpe parmi la forêt de résineux avant de longer les pierriers de la chaîne des Baumes. Là un beau chamois se laisse admirer et photographier pendant sa traversée de pierrier. 

Le sentier est agréable d'autant que les framboises arrivent à maturité et font le régal des randonneuses du groupe.

Au lieu dit le Gourette, il nous faut franchir un col avec le torrent et ses vasques en contrebas. La pente se fait plus raide et pierreuse avec même quelques passages rocheux où les mains nous sont bien utiles. 

Nous aboutissons aux Vallons (certainement un ancien lac glaciaire comblé). Nous remontons le torrent à travers les blocs et les alluvions pour se rendre au pied des cascades. Nous trouvons un bel endroit pour notre repas entre deux bras du torrent; dans ce chaos, chacun trouvera son bloc afin d'être bien assis. Nous sommes seuls au monde dans ce cirque. En face la montagne de Cédera et les Autanes, au Sud la crête du Pré du Bouc, à l'Ouest derrière nous la montagne de l'Ours, et au Nord les Chouchières vertes qui dominent les lacs de Crupillouse. 

Après le repas, un petit supplément : une virée de 250m de dénivelée pour la digestion.

Nous remontons vers le col du Château et les Moutières. Nous traversons un pierrier par une sente afin de remonter au dessus de la deuxième cascade et apercevoir le névé du glacier du Mourre de la Mine. Le retour vers les Vallons s'effectuera par l'autre côté des cascades.

Arrivés aux Vallons, il est temps de reprendre nos sacs et entamer notre retour. La descente suivra le même itinéraire que l'aller. Tout se passera sans encombre malgré les différents pièges des rochers et la déclivité du sentier de Gourette.

Un petit arrêt aux Borels pour le pot de l'amitié et retour sur Sisteron.

Nous avons pour la plupart gravi 900m pour une douzaine de kilomètres

Cliquez sur la photo pour accéder au diaporama



Le Duffre

Animée par Stan N.


D'un côté la météo annonçait une journée ensoleillée, de l'autre au point de rencontre à Sisteron un petit vent frisquet nous avertit que le thermomètre ne montera trop haut. Nous remercierons les 2 d'avoir composé le temps idéal pour cette rando.

Le début de celle-ci commence par un morceau de piste puis un quignon de sentier, pas de quoi risquer une surchauffe au soleil à 9 h du matin. La suite, en grande partie à l'ombre et au frais dans le vallon du torrent d'Aigue puis sur la piste menant au col d'Arron, n'est que formalité pour les 5 participants. Au col, à défaut de trouver de l'herbe verte, un troupeau de vaches pacifiques profitent du beau temps.

Comme nous ne sommes pas venus contempler les vaches quelques 300 m. sont encore à gravir pour atteindre le sommet. Il n'est que 10 h. , le temps ne presse pas et chacun aborde l'ascension comme il l'entend : ligne droite, petit ou grand lacet, avec ou sans pause. Au relief près le paysage est steppique : pas d'arbre, quelques rares arbustes, de rares graminées dorées ondulant au gré du vent au milieu desquelles les randonneurs ont laissé une trace. Dans le dos émergent progressivement au sud le Ventoux, et plus vers l'ouest Raton et Fourchat.

Après une petite heure le sommet est là et notre effort récompensé : un tableau à 360° avec, au plafond, un bleu presque parfait : 3 Becs, Vercors, Mont Aiguille, Grand Veymont, Jocou, Toussière, Quigouret, Dévoluy, Bure, Céüse, Aujour, Serre de la Bouisse, Beaumont, Bonnet Rouge pour les sommets les plus proches reconnaissables. Nous ne nous priverons pas de les contempler lors de notre pause à laquelle le sureau et la verveine ajouteront une note de douceur.

Dégourdissant nos jambes sur la crête, nous faisons une rencontre inattendue avec une religieuse séjournant aux ermitages de Montmorin. Mais tout a une fin, il nous faut rentrer au bercail. La boucle sera bouclée en passant par la Pyramide puis le Pas la Lauze avant de rejoindre la piste du col d'Arron puis le Vissac.

Dénivelée : 745 m. - Durée : 4h37 – Distance : 9,5 km

Cliquez sur la photo pour accéder au diaporama



Le PIOLIT

Randonnée du 02 août

Animée par Gérard K.


L'accès au sommet du Piolit (altitude 2464 m), sommet emblématique d'Ancelle, peut s'effectuer par plusieurs itinéraires différents : par Chorges, par le vallon de Rouanne Haute, par les crêtes depuis les pistes d'Ancelle ou par le col de Moissière. C'est ce dernier itinéraire que nous avons choisi pour notre randonnée du jour.

12 participants au RdV à Sisteron à 7 h 30

Le départ de l'itinéraire se situe près de la maison forestière du col de Moissière en empruntant la piste forestière du Rioudon (pancartage évident au croisement) sur environ 2 km. Pour notre part, nous laisserons nos véhicules à mi chemin du parcours, craignant de trouver une piste de moins en moins carrossable à l'avant.

Après un passage boisé où nous rencontrons quelques spécimens de jolies fleurs, le sentier très bien tracé et évident (tracés jaunes), monte en lacets à travers les alpages. Cet itinéraire est sans nul doute, le plus aisé pour atteindre le sommet. Nous rencontrons d'ailleurs plusieurs familles en train de monter avec leurs enfants.

A mi chemin, un beau panorama s'offre déjà à nous sur le bassin de Gap et le paysage de bocage du Champsaur.

La facilité du parcours incitera l'animateur à adopter un rythme de marche trop rapide selon certains (à juste titre ?). En tout cas mille excuses.

Petit passage délicat au passage d'un ruisseau et nous voilà bientôt sur la crête avec une vue étendue sur l'autre versant : le lac de Serre Ponçon, les aiguilles de Chabrières, au loin la grande Séolane...

A partir de là, la montée jusqu'au sommet devient plus soutenue mais chacun trouve son rythme pour gravir les 200 derniers mètres de dénivelé.

Arrivée au sommet (où nous ne sommes pas seuls !) vers midi pour l'apéritif et le pique nique. Température très agréable (vive l'été !) Beau panorama à 360 °

Décision collégiale de redescendre tôt du sommet (la corvée de confitures en fin d'après midi pour certaines ?)

Le pot de l'amitié dans un bar près de Chorges terminera cette belle journée.

Dénivelé 900 m environ - Distance parcourue 13 km

Cliquez sur la photo pour accéder au diaporama

 

© 2019 by Sisteron-Rando. Proudly created with Wix.com

Informations légales - En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs (cookies) afin de réaliser des statistiques anonymes de visites, vous fournir les services que vous demandez expressément Pour en savoir plus cliquez sur le lien