• solveigmorch

Randonnées de décembre 2018

Clues de Verdaches - Montfroc-Les Omergues - La Parrioune - Rocher de 9h et les 3 chapelles - Le Roc de l'Aigle


Le Roc de l'Aigle

au départ de Ribiers

Randonnée du 21 décembre

Animée par Daniel A.


Nous sommes 11 pour cette dernière rando de l'année et la météo nous accorde un bon créneau après les pluies torrentielles de la veille. Mais il ne fait pas chaud au départ du plan d'eau et la petite route qui monte aux Charles est par endroit un peu verglacée.

Nous voilà dans la forêt et il faut être vigilant pour prendre le bon sentier, la bonne piste et surtout regarder où on met les pieds : un peu de glace au sol et quelques plaques de boue !

La vallée est sous la brume et peu à peu les paysages s'offrent à nous du Dévoluy aux Monges en passant par le Champsaur, l'Oisans, l'Ubaye, la Blanche et le Dignois.

On gagne une piste qui nous amène au pied de Pierre Impie, majestueuse avec une légère robe de brume ! C'est maintenant un sentier bien raide, enneigé et verglacé mais sans risque, qui nous mène jusqu'à la crête. La vue est grandiose. On domine le sommet de Pierre Impie et on chemine en crête jusqu'au point côté 1178 que l'animateur a pris pour le Roc de l'Aigle !

Pique-nique sur la neige.

Le sommet est un peu plus loin et il nous faut encore grimper un peu ; quelques passages dans les rochers où il faut mettre les mains.

La descente s'effectue versant nord sur un chemin parfois raide et avec le givre craquant sous nos pieds. Nous voilà revenus aux Charles et peu après aux voitures.

On terminera par un pot au bar de Ribiers.

De bonnes fêtes de fin d'année à tous

Daniel

Durée 5h et 750m de dénivelée

Pour télécharger les photos, cliquez ici




Le rocher de 9 heures et les trois chapelles

Randonnée du 18 décembre


Nous sommes 22 à arriver à Digne sous le rocher de la via ferrata (610m).

Nous remontons une partie de la vieille ville jusqu'au carrefour de la rue Monseigneur MIOLLIS et la rue Pied Cocu !

Nous empruntons la direction de la via ferrata par un sentier facile et agréable qui longe l'ancienne canalisation alimentant la grande fontaine du quartier du Bourg.

 La pente se fait plus raide puis plus rocheuse, mais le soleil vient enfin nous réchauffer. Mais  quel désastre ! L'incendie a fait disparaître le sous bois de chêne et surtout l'îlot de pins où il était agréable de faire la pause avant d'attaquer la dernière grimpette vers le sommet du rocher de 9 heures (892m).

De ce promontoire quelle beau paysage : tous les sommets que nous apprécions tant à la belle saison du Cousson au sud, à la Bigue du Ciron à l'ouest en passant par l'Estrop au nord est. Toutes ces chaînes de montagnes cernent la cuvette dignoise qui s'ouvre sur l'aval de la Bléone (Sud-Ouest) d'où nous distinguons le Mourre Nègre point culminant du Luberon.

 Il nous faut alors redescendre face nord sur un terrain encore gelé. La descente se fait précautionneusement afin d'éviter les chutes et nous voilà arrivés sans encombre au camping au bord du Mardaric sur la route de Marcoux (615m).

 Nous prenons la direction opposée bien exposée au soleil. Après la pause "banane" il nous faut remonter par un sentier agréable vers la chapelle Saint-Vincent (798m), vestige d'un ancien monastère en voie de restauration.

En parlant de restauration il est 12h20 et grand temps de penser à la nôtre ! Une grande terrasse bien à l'abri et ensoleillée fera bien notre affaire car chacun y trouve sa place. En plus c'est bientôt NOEL, il devait bien y avoir les 13 desserts !

Après une bonne heure de repos, il est tant de penser à repartir (nos vielles jambes rouillent vite en cette saison !).Tout le monde est d'accord pour monter à la chapelle ruinée de la Croix située à quelque 100 m au dessus de nous.

 Nous redescendons par la face Ouest afin de se retrouver face Est à notre dernière et troisième chapelle Notre Dame de Lourdes. Elle a été bâtie au dessus d'une grotte, dont l'autel est toujours bien fleuri, dans la deuxième partie du XIXème siècle en hommage aux apparitions de Lourdes.

Malheureusement elle a été construite en matériaux léger et s'écroule peu a peu.

Nous revoici à 600 m prêts à traverser la vieille ville et retrouver nos voitures.

Nous avons gravit environ 600 m de dénivelée sur une distance de 10 km.

Quelques précisions quant à Monseigneur MIOLLIS confondu avec Monseigneur MEYRIEL (un des personnages de fiction des Misérables de Victor Hugo).

Vous avez dû vous dire : Alain commence à déraisonner, il doit être atteint par son grand âge  (le pauvre), certainement je vous l'accorde mais il me reste quelques réminiscences un peu confuses et floues de mes lectures.

Monseigneur MIOLLIS était évêque de DIGNE et était considéré comme un Saint homme tant il oeuvrait  pour les pauvres des hautes et basses Alpes ; de plus il était réfractaire et anti-bonapartiste. Son frère Gabriel était devenu voisin du jeune Victor Hugo à qui il raconta vers les années 1830 la vie de son jeune frère à DIGNE. Comme tout bon écrivain, Victor Hugo en pris bien note.

C'est en exil qu'il écrivit les misérables et prit alors pour décrire Monseigneur MEYRIEL l'exemple de Monseigneur MIOLLIS saint homme anti-bonapartiste.

D'où le chapitre du passage de Jean Valjean à DIGNE pour rencontrer cet évêque au grand coeur. Son roman se déroulant dans la première moitié du 19ème siècle.   

Je suis bien confus de ma confusion des Monseigneurs !

Pour télécharger les photos, cliquez ici




La Parrioune

Randonnée du 13 décembre

Animée par S. N.


La veille les prévisions étaient mitigées, et ce matin le ciel est loin d'être lumineux

Mais qui ne tente rien n'a rien! Donc "Allons-y" et 6 marcheurs prennent la direction de Gévaudan, hameau niché sur un éperon entre Barrême et Moriez. Le calme y règne et notre arrivée ne le perturbe pas.

Premier objectif atteindre la côte 1350 par le sentier en bordure de la forêt domaniale des Trois-Asses.

La montée est régulière et modérée : 470m de D+ en 2 heures. La couverture nuageuse se déplaçant, quelques sommets se dévoilent parfois, mais difficile de les nommer : notre boussole interne est perturbée par le jeu de cache-cache du soleil et les lacets du sentier.

A la côte 1350 nous empruntons sur une centaine de mètres le PR venant de Gévaudan avant d'attaquer la dernière grimpée : le crêt de la Parrioune.

Les arbres se font rares progressivement et la brise plus présente. Quelques mètres manquent aux 1636 visés quand nous stoppons l'ascension et nous ravitaillons; à moins de 100 mètres l'horizon est bouché dans toutes les directions et le mercure n'est pas à la hausse.

Notre collation terminée, nous retournons vers le PR qui nous conduit à la maison forestière des Aubarets. Après un tronçon de piste nous obliquons vers le ravin de la Combe que nous descendons jusqu'à la route ramenant au point de départ.

Un tour du village termine cette journée de début d'hiver.

Distance parcourue: 13,5 km / Dénivelé + : 717 m. / Durée : 5h40

Pour télécharger les photos, cliquez ici




Boucle Montfroc – Les Omergues

avec l’aïoli au bistrot des Omergues

Rando du 06 décembre

animée par Yvette G


Une rando d'hiver agrémentée d'un aïoli au bistrot de pays des Omergues : voilà une proposition fort bien accueillie puisque nous nous sommes retrouvés à 35 à « L'étape ».

Pour se mettre en appétit, nous partons de Montfroc et rejoignons Les Omergues en passant par le hameau des Asnières et le sentier équestre qui nous mène au hameau des Michelets où quelques maisons anciennes sont superbement restaurées. Petit détour par le Jas Bayard, l'Adrech, et nous descendons vers le village où nous attend un « pique-nique » inhabituel et bien au chaud . Punch et aïoli sont très appréciés, mais c'est surtout un moment de grande convivialité, et les discussions vont bon train …

Et pour la digestion, nous repartons vers Montfroc par le chemin du moulin, le col de Lun et la crête de La Tourette. Nous poussons jusqu'à la croix qui domine Montfroc depuis 1991 et d'où la vue s'étend jusqu'au Cheval Blanc enneigé.

Puis c'est le retour aux voitures, non sans avoir « visité » le village ...et passé une très bonne journée, même si le soleil s'est montré bien timide.

Nous avons parcouru 10 km avec une dénivelée de 360 m, 

Pour télécharger les photos cliquez ici




Le tour des Clues de Verdaches

Randonnée du 4 décembre

Animée par Philippe C.

Nous sommes 11 au départ de cette randonnée d'automne dans les Clues de Verdaches.

Nous nous garons le long du Bés un peu avant d'arriver au lieu dit le Laus. Nous prenons la petite route à gauche direction Charui, petite route que nous quitterons rapidement pour un beau sentier à flanc de la gorge. Le sentier monte en lacets courts et en partie droite. Nous passerons le ravin de Charui avant d'atteindre le replat au-dessus des ruines. Nous sommes passés au soleil dans la montée avec grand plaisir. L'ombre du fond de la Clue associé à la fraîcheur du Bés semble glacial à cette saison. Nous faisons une pause dans ce lieu où jadis la vie était importante, et où seules les restanques qui soutenaient les petites surfaces de culture demeurent. Nous prenons le temps d'imaginer cette vie et de profiter du paysage.

Devant nous, le gui de Noël couvert de baies nous rappelle la période à venir. La suite sera en descente dans un magnifique sous bois de feuillards et de pins.

Bientôt la vue sur Auzet, que nous laisserons à gauche en arrivant à la route. De là, direction la Cascade du Saut de la Pie qui annonce les clues de Verdaches. Le niveau de l'eau est important et la cascade coule violemment et bruyamment. Après une pause à la cascade, nous reprenons la marche dans les clues en direction de Verdaches et jusqu'à l'embranchement du pont du Martinet. Nous passons le pont et rentrons dans le petit camping très sauvage fermé à cette saison. Nous sommes dans l'ombre et cherchons un emplacement au soleil pour déjeuner. Les emplacements 17 et 18 feront l'affaire, soleil et petit muret pour un moment convivial. Une petite heure de pause avant de repartir à flanc de gorge sur la rive gauche du Bés que nous surplomberons jusqu'à l'arrivée. Après quelques passages très boueux sur la piste de la Pinées, nous récupérons le sentier dans le sous bois. Passage par le belvédère de la Pinées avec une belle vue sur le Bés et les clues. La descente est engagée mais très facile, sentier couvert de feuilles entre les arbres. Nous arrivons au lieu dit de Laus, petite maison fermée mais bien entretenue. Nous ouvrons la grille pour sortir sur le pont de bois. Le Bés bouillonne au-dessous de nous et le pont est glissant. Quelques pas et nous rejoignons la route où sont garées les voitures. La randonnée est terminée et nous finirons au café de Barles pour le pot de l'amitié.

Dénivelé: 350m   Distance: 9km  Temps : 3h30

Avec la souris allez sur le bas du diaporama pour activer le son et activer le plein écran.

Pour télécharger les photos cliquez ici



 

© 2019 by Sisteron-Rando. Proudly created with Wix.com

Informations légales - En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs (cookies) afin de réaliser des statistiques anonymes de visites, vous fournir les services que vous demandez expressément Pour en savoir plus cliquez sur le lien