• solveigmorch

Randonnées de janvier 2019

Mis à jour : 7 juin 2019

Entre Mane et St Michel - Chapelle d'Augés - Oppedette-Vachères - Boucle Clausonne - Bouvrège et Croc - Roche Amère - Autour de St Michel - La cabane de tante Yvonne - Rando douce à la Baume - Lure sommet de l'Homme - Plateau de Ganagobie



Le plateau de Ganagobie

à partir du pont Romain

Randonnée du 31 janvier


Nous sommes 14 randonneurs à nous rejoindre sur le pont romain qui enjambe le torrent du Bues sur la petite route reliant les communes de Ganagobie et Lurs. Celle-ci emprunte la voie domitienne, ce pont date du début du 2ème siècle sous le règne d’Hadrien.

Fait très rare à Sisteron Rando la parité est pour une fois scrupuleusement respectée.

Une petite neige de la nuit recouvre encore les sentiers, nous prenons donc le GR (moins enneigé) qui monte au prieuré. A la ferme « des écoles » nous le quittons pour une piste afin de rejoindre un chemin plus typique du lieu. Il est revêtu en partie d’un pavage (calcaire ou molasse) dit en « calade » en Provence. Ce chemin sinue entre les murets de pierres sèches ou « restanques », retenant la terre pour les cultures. Il permettait de desservir tous les jardins et les quelques champs des fermes des « écoles » et des « courachons » dépendantes du monastère.

Arrivés sur le parking, nous longeons la corniche ouest et descendons voir la grotte des maquisards avant de remonter et poursuivre sur la falaise afin d’arriver sous le rempart de Villevieille.

Bien à l’abri contre le mur, nous pouvons penser au déjeuner. Le froid nous contraint à ne pas nous éterniser.

C’est la première fois que nous randonnons sur le plateau revêtu d’un tapis de neige !

Par la porte du rempart et la salle des gardes nous parcourons prudemment toute la corniche Nord de l’ancien village détruit au milieu du dernier millénaire (peste ou guerres de religions ?). Nous passons par les abris sous roche avec leurs aménagements rupestres pour rejoindre l’allée des moines et le belvédère de la Croix dominant la vallée de la Durance.

Après la visite de l’église, nous prenons la direction du chemin Monticelli (nommé ainsi en hommage au peintre marseillais qui avait été placé en nourrice à la ferme du prieuré jusqu’à l’âge de 11 ans).

Nous nous dirigeons par la piste des « Volandys » (ruine de la ferme) qui longe la falaise Ouest vers la ferme des « Barous » (fort bien restaurée). Là un petit sentier nous permet de rejoindre la piste qui borde le torrent afin de regagner le pont romain et nos voitures.

Malgré la sente détrempée, nous sommes quelques uns à descendre sous l’arche du pont pour en admirer sa base intacte (seule le haut a subi diverses restaurations) et voir la signature en graffiti sur un bloc d’angle : emblème phallique pouvant représenter la force des carriers ou signe pour éloigner le mal et protéger les passants…

Nous avons parcouru 13km pour 480m de dénivelé

 pour télécharger les photos, cliquez ici

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama



Lure, le sommet de l’Homme

Randonnée du 29 janvier

Animée par Monique L.


Nous sommes 10 fadas à partir vers la Sibérie, ou ce qui lui ressemble, vers la station de Lure.

Un vent glacial nous accueille à la sortie des voitures et certains randonneurs se demandent ce qu'ils sont venus faire dans cette galère, il ne fait que – 5°c !

Heureusement le ciel est bleu et nous prenons rapidement une sente à l'abri du vent.

C'était une randonnée 'raquettes', il y a de la neige mais pas suffisamment pour les utiliser.

Nous partons donc 'à pieds' avec par moments (rares) des regrets ….

Par légères montées et descentes nous arrivons au Pré du Fau, petit sommet situé à 1682 m.

Le Ventoux, toutes les montagnes des Hautes Alpes, Devoluy, Ecrins et le massif de l'Estrop enneigés, offrent un spectacle superbe.

Dans la descente nous voyons un groupe de chamois !

Peu à peu nous progressons plein ouest en direction du Sommet de l'Homme, 1630 m, but de notre randonnée.

Le ciel se couvre, aussi nous descendons vers une combe abritée du vent (très modéré) et choisissons un endroit sans trop de neige pour pique niquer.

Les douceurs sont toujours au menu, avec thé et café chauds bien appréciés. La sieste sera très courte voire inexistante.

Le retour se fera par les crêtes, nous dominons la vallée du Jabron. Nous traversons un petit plateau agrémenté de Land Art

Par une dernière montée agréable nous arrivons à la station où une 'œuvre d'art' nous interpelle !!

Le pot de l'amitié à St Etienne les Orgues clôturera cette journée hivernale, froide dans l'air mais chaude dans les cœurs.

Un grand merci aux participants.

Nous avons parcouru 9.5 km et gravi 550 m

pour télécharger les photos, cliquez  ici

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama



Lundi 21 Rando douce 

Animée par Claude N.


C’est par une belle matinée ensoleillée que Claude N. nous a emmené faire une boucle au pied de la montagne de la Baume à Sisteron

Une randonnée douce bien sympathique aux dires des 8 participants.

Dénivelé 350 m - Distance parcourue 8 km

 pour télécharger les photos, cliquez ici.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


La cabane de Tante Yvonne

Randonnée raquette du 22 janvier

Animée par Gérard K.


Ce matin là, il fait froid : -11°C au départ de la randonnée. Mais le ciel est d’un bleu sans nuage et le vent totalement absent.

Départ vers 10 h 15 de la petite station de skis de Serre Eyraud. La neige, bien que dure, est encore bien présente partout (il n’a pas reneigé depuis un mois !)

Le froid et l’exposition plein nord nous incitent à démarrer vite. Trop vite. La première pente raide et l’altitude auront raison de la détermination d’une participante qui devra reprendre durablement son souffle suite à quelques nausées.

Après quoi, le rythme de marche plus calme, la trace dans la neige bien formée et le profil de pente très doux nous permettront d’atteindre la cabane de tante Yvonne vers 12 h 30

Pique nique au soleil sur un carré de végétation dénudé au dessus de la cabane (des randonneurs nous ont précédés et monopolisent l’habitation)

Jean Jacques nous initie, à l’aide de plastifiés, aux différentes traces d’animaux.

Après la pause, la majorité du groupe, bien en forme, décide de monter jusqu’à la cabane de Combeau située une centaine de mètres au dessus. Magnifique panorama enneigé.

Puis nous redescendons sans problème jusqu’aux voitures avec quelques petits passages sur de la glace vive au niveau des ruisseaux gelés.

Le verre de l’amitié au bar de la station de Serre Eyraud clôture cette journée raquettes réussie.  

Gérard K.

Pour télécharger les photos, cliquez ici

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama



Autour de St Michel l'Observatoire

Randonnée du 24 janvier

Animée par Daniel A.


Nombreux sont ceux qui sont restés sous la couette ! 10 courageux malgré tout pour cette sortie hivernale.

Quelques petits flocons dans la nuit, quelques précieux degrés à gagner, il n'en fallait pas plus pour que l'animateur change de programme en mettant le cap au sud.

Départ du village de St Michel avec tout près de nous, son moulin. Nous voilà rapidement à la chapelle Saint Paul au toit couvert de lauzes et avec les restes d'un ancien prieuré rural. Pas de brebis égarées mais quelques chevaux bien paisibles !

On se laisse descendre jusqu'au hameau des Craux et sa curieuse bambouseraie puis jusqu'au gué du Reculon ; c'est ici que passait la via Domitia et il est encore en très bonne état.

Il nous faut maintenant remonter un peu jusqu'aux abords de Lincel, puis la Grande Fontaine (une belle source qui alimentait une citerne, un lavoir et quelques bassins). On passe devant un beau puits et quelques pas plus loin un pré bien abrité nous accueille pour le pique-nique toujours bien agrémenté de douceurs en tous genres !

La remontée se poursuit accompagné d'un chien qui nous suivra jusqu'au bout. On passe à la Blancharde, la Croix du Chêne avec l'observatoire et ses coupoles en point de mire. C'est à travers un bois de chênes puis une piste qu'on regagne St Michel et nos voitures.

Les bars sont fermés et le pot sera pris à Forcalquier.

4h et 300m de dénivelé

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama




La Roche Amère à Villeneuve

Randonnée du 20 janvier


Nous arrivons à 9 au parking de l'Ecomusée de l'Olivier à VOLX (340m).

Le départ s'effectue en partie sur l'ancienne route et la départementale 13 en direction de Saint MAIME et DAUPHIN. Un bas côté assez large nous permet d'éviter le goudron afin d'atteindre le ravin de l'Achanal.

Une longue mais agréable piste nous mène vers Font Rouvier puis vers l'embranchement de la Roche. Là un sentier face Sud Est nous permet de rejoindre le château ruiné de la Roche Amère (584m). Il dominait la vallée du Largue, la plaine de la Durance et l'arrière pays manosquin au Sud ; la carrière et la chaîne de Lure au Nord Ouest et le plateau de Valensole à l'Est. Ce château ruiné depuis prés de 9 siècles a conservé une bien belle assise sur le rocher (grand bravo à nos anciens).

Nous redescendons par le sentier botanique vers la chapelle de Notre Dame de la Roche où une belle aire de pique nique nous attend au soleil !

Cette chapelle a été bien restaurée et présente une curiosité architecturale: une semi abside ouverte à l'extérieur avec une meurtrière face Sud Est s'appuie sur l'abside centrale du choeur de la chapelle. Il faut faire le tour de l'édifice pour l'apercevoir.

Le soleil se cache et nous rappelle qu'il est temps de repartir et regagner la piste pour redescendre à VILLENEUVE.  Avant d'atteindre le village nous bifurquons à droite par le sentier de Saint Jean d'où nous dominons le village. Puis en suivant la crête, nous redescendons progressivement jusqu'au siphon du canal de Manosque. Un petit canal d'arrosage, desservant les champs et les jardins, nous permet de rejoindre la passerelle abritée afin de traverser le Largue et retrouver le parking de l'Ecomusée.

 Belle et douce journée pour toutes et tous.

Pour télécharger les photos, cliquez ici

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama



Montagne de Bouvrège et Croc

Randonnée du 17 janvier

Animée par S.N


Nous partons  9 de Sisteron et  nous retrouvons 11 à Gresse (820 m.).

La température est "fraîche" (-7°C) mais supportable en l'absence de vent. Elle passera positive dans la journée.

Premier objectif le plateau de l'ancien fort de Mévouillon (1120 m.) par le chemin qui longe la D546. Après 500 m. il la traverse pour se diriger vers l'église de Barbantane* en cours de restauration. Nous sommes entourés de champs de lavande qui, d'ici quelques mois, prendront leurs belles couleurs. Un raidillon suit et nous mène au plateau de l'ancien fort, plus fréquenté maintenant par les marcheurs et les amateurs de parapente que par les seigneurs. Au sud le Buc et Bergies, à l'ouest sous un manteau blanc le Ventoux.

Destination suivante : Le Pas de Bouvrège. Le sentier, presque parallèle à la falaise, se faufile entre les buis. A l'approche du col de Riousse (950 m.) dans une aire de pâturage, il devient impossible de le retrouver et la navigation à vue s'impose. Une apparition discrète du soleil nous accompagne alors que nous montons au Pas (1071 m.).

L'heure avance et le sommet de Croc (1303 m.) que nous visons pour la pause est encore à 3km de distance, sans compter quelques passages sportifs et petits dénivelés. A l'arrivée, manquant toujours de générosité, le soleil nous oblige à nous contenter de la chaleur de nos victuailles. Le partage des friandises terminé, une sieste ne prolongera pas la pause.

Nous poursuivons sur le sentier de crête jusqu'au col des Grenouilles (1095 m.) avant d'entamer la descente qui traverse le bois de Devès. Dernier signe de la mauvaise humeur du ciel ce jour : alors que nous entrons dans Gresse, les premières gouttes de pluie nous obligent à forcer notre pas vers les voitures.

Le retour à Sisteron sera moins stressant que l'aller : la température montée à 5° a fait disparaître la patinoire des Omergues.

* homonyme d'une ville des Bouches-du-Rhône, Barbantane est le nom d'une variété d'aubergines ! !

Distance parcourue: 13,7 km  - Dénivelée: 808 m. - durée 6h15

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama



La Boucle de la Clausonne

Randonnée du 10 janvier

Animée par Philippe C.


Avant de vous conter cette randonnée hivernale, je vous souhaite à tous une bonne Année 2019 et espère vous retrouver sur les sentiers.

Nous sommes seize au départ de Le Saix, par une température de -7° C. La vallée de Maraize est à l'ombre et il faut du courage pour se lancer. C'est parti, nous remontons la piste bordée de magnifiques dentelles de glace. La première cascade du torrent de Maraize est glacée et la piste également sur certains tronçons. Nous allons couper de temps en temps la piste et prendre le PR un peu plus raide mais nous permettant de chauffer les muscles.

Nous croisons la femme aux muscles d'acier qui maintient le rocher de toutes ses forces. Sur le bord du chemin le zèbre tel un sphinx dans le désert (chaud), surveille le passage des randonneurs. Nous approchons du hameau du Faï, pas d'habitant en cette saison, juste la sentinelle à l'entrée du village. Nous arrivons aux trompes ou cornes musicales du Faï. Quelques habitantes sont dérangées par l'animateur. Nous reprenons la piste jusqu'à la cascade glacée du torrent du Cheynet qui se jette dans celui des Maraize. La piste est bordée de glaces formant des draperies. Nous arrivons au pont de l'abbaye qui est chargé de cristaux, tout est blanc au sol.

Nous laisserons à gauche la direction du lac de Peyssier et prendrons à droite la direction de l'abbaye de Clausonne. Petite montée et nous découvrons les ruines de l'abbaye. Une visite s'impose, j'ai bien proposé une course de brouettes mais le froid nous engourdit et je n'ai trouvé que peu d'écho. Nous repartons par un sentier montant vers les alpages, nous apercevons le soleil et le pas s'active. Une pause café au soleil avec vue sur la Tête d' Aurouze, le plateau de Bure et le pic de Bure. Nous suivons un joli sentier très sinueux qui nous amènera au passage délicat d'un torrent glacé. Quelques mètres à franchir, le groupe reste soudé et l'entraide est de mise. Nous arrivons bientôt sur un secteur bien ensoleillé formé de ravines jonchées de petits fossiles. Nous sommes à 1300m d'altitude sous la montagne d'Aujour. Nous prenons notre repas au soleil et terminons par les douceurs sucrées.

A quelques mètres, la bifurcation, nous prendrons à droite pour rester au soleil et suivre le sentier des cascades jaunes. Je suis passé il y a quelques jours, et le sentier est bien sec et sans glace. Nous descendons jusqu'au passage à gué où nous apercevons les voitures, mais le torrent est trop gros. Nous continuerons par le chemin jusqu'à la passerelle qui franchit ce torrent. Passage un peu délicat avec une passerelle peu large et avec une rambarde que d'un côté.

Nous remontons sur l'autre rive du Maraize jusqu'aux voitures. La randonnée se termine sous le soleil.

Distance: 11,5 km - Dénivelé: 550m - Temps: 4h

pour télécharger les photos, cliquez ici

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama



D’Oppedette à Vachères

Randonnée du 8 janvier

Animée par Claude G.


Nous sommes treize au départ.

La randonnée, qui se situe dans le Lubéron et au Sud des Alpes de haute Provence (d’où le choix), sans difficulté et sans gros dénivelé.

Après une petite mise en place de voitures nous voilà partis, en ayant préalablement bu le café gentiment offert par Guy venu nous rejoindre en camping car. Direction Vachères. Il ne fait pas très froid. Nous empruntons le GR, que nous quitterons plus tard, pour prendre le PR.

Un petit regard sur Oppedette que nous quittons… s’ensuit un sentier puis de la route goudronnée et ensuite dans les chênes. Nous passons le long d’un mur en pierres avec de petits cairns. Par contre la météo annonçait du vent et cela se confirme. Il nous poussera jusque dans le village de Vachères aussi décidons-nous de prendre notre repas à l’abri des maisons, celui de la mairie tombant à point nommé. Apéro, douceurs, digestif : la panoplie gastronomique du parfait randonneur (rien ne manque comme d’habitude) !

Ensuite nous visitons le village avec ses noms de rue pittoresques : « rue sans nom », « rue de la sage femme » ou d’autres pour se rompre le…. Les maisons sont refaites avec le matériau du pays, la pierre. Point d’orgue la chapelle avec un arbre dessiné à même le sol.

Nous repartons : le vent qui nous poussait en venant est maintenant de face ; La route forestière qui nous attend est sèche ce qui n’est pas fait pour nous déplaire.

Le vent s’est un peu calmé et le soleil étant de la partie la température s’en ressent.

Nous arrivons au Saut du Moine, nous traversons à sec. La première impression avait été de se dire comment allons-nous traverser, mais un petit resserrement a réglé le problème et nous voilà de l’autre côté. Nous restons un moment à admirer la cascade et les alentours. Nous sommes tout près de notre destination que nous atteignons à la bonne heure comme disaient les anciens. De nouveau un digestif offert par Guy que nous remercions.

Nous avons parcouru 17km pour un dénivelé de 440m.

pour télécharger les photos, cliquez ici.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama



La chapelle d'Auges et Tourdeaux

à partir de Peyruis.

Randonnée du 6 janvier


Arrivés à 15 sur le parking St Roch à Peyruis (400m) sous un mistral à décorner les bœufs, nous prenons la direction du château par le canal et les jardins en restanque (bien à l'abri du vent).

Nous nous dirigeons plein Nord sur la piste de Sigalette, bien améliorée d'ailleurs, puis direction la chapelle d'Auges bien retapée mais privée (789m). Après avoir contemplé la superbe vue sur les montagnes enneigées, nous descendons par les anciennes ruines du hameau afin de rejoindre Bas Col (714m).

Un peu de goudron nous permet de rejoindre le sentier (remontée apéritive) vers les ruines de la campagne du Lioux où un coin très abrité nous attend pour un repas bien mérité !!

Après l'heure de pause, pas question de redescendre : nous remontons par un petit sentier très agréable au sommet de Tourdeaux (877m). Face au vent, nous prenons quand même le temps d'admirer le paysage ouvert à nous sur 360° : Luberon, Sainte Beaume, chaîne du Verdon (de Moustiers à l'Estrop), les Ecrins et Lure. 

Il faut maintenant quand même penser à redescendre.

D'abord le chemin des chasseurs, puis après un petit diverticule ensoleillé par des pistes, le chemin de Berche. 

Nous voilà sur la piste au niveau de la Queu (e ou x) du chef que nous empruntons.

Arrivés à un carrefour de pistes (déglingots pour les VTT) à gauche, nous prenons une nouvelle piste à droite vers l'adrech que nous baptiserons « des déglingués ».

Nous aboutissons sur la route des Martrons que nous abandonnerons vite pour une nouvelle piste se dirigeant vers le ravin du Beuvon (but de notre fin de rando).

Une petite sente sur la gauche nous permettra certainement un raccourci ? D'abord facile quoique broussailleuse, elle devient vite pentue et bien pierreuse (poudingue instable), mais cette fois on est lancé, on ne reculera pas devant cette petite épreuve !!

La descente sera très prudente en respectant le rythme de chacun.

Enfin nous voilà sur la piste face à la dernière cascade du Beuvon (retenue d'eau pour l'alimentation du canal des jardins). Cette descente fût ludique pour certaines, mais un peu plus stressante et tremblante pour d’autres. Même pas une chute à déplorer.

Bravo à toutes et tous !!!

En fait cette sente avait dû être tracée par un sanglier assoiffé, nous pourrons la nommer : la piste des Dingos !! Notre animateur était-il sous l'emprise d'un grain de folie ou d'un brin de fantaisie ? Je vous laisse le choix !! 

Un grand merci à toutes et tous pour cette magnifique journée de RTT (Randonnée Tout Terrain). Pardon si j'ai pu réveiller quelques douleurs mais promis les prochaines randonnées seront plus SOFT !!

Malgré le raccourci, nous avons tout de même

marché 13km pour 600m de dénivelée.

pour télécharger les photos, cliquez ici.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama



Entre Mane et St Michel l'Observatoire

Randonnée du 3 janvier

Animée par Daniel A.


On est 16 pour cette première rando de l'année et si le temps est beau, la température est plutôt fraiche pour le démarrage du parking de Salagon !

On passe devant une mine d'eau, galerie creusée plutôt que de faire un puits, et l'eau coule en abondance. On franchit la Laye sur un pont roman à 3 arches du XIIème siècle.

Un puits, un chêne magnifique au Petit Sauvan et nous voilà aux carrières de Mane, abandonnées et abondamment taguées ! L'occasion d'un détour vers une jolie borie en très bon état.

Puis voilà la chapelle de Porchères, ancienne tour de garde du XIIème siècle et une douce remontée vers le village de St Michel l'Observatoire. On fera la pause à l'église haute, comme son nom l'indique sur les hauteurs du village, avec une belle vue sur le Cheval Blanc et l'Estrop.

Un détour vers les coupoles de l'observatoire ; décidé en 1936, il n'entrera en service qu'en 1958 et restera longtemps le plus grand observatoire européen.

Remontée vers la chapelle St Jean puis traversée du ravin de l'été (qui porte mal son nom aujourd'hui !) et une nouvelle remontée à la chapelle de Châteauneuf où nous faisons une petite pause dans ce très beau site.

Il nous suffit alors de traverser le ravin de Pinet, de rejoindre la Laye avant de retrouver le parking de Salagon.

5h30, 17km, 450m de dénivelée

pour télécharger les photos, cliquez ici

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


 

© 2019 by Sisteron-Rando. Proudly created with Wix.com

Informations légales - En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs (cookies) afin de réaliser des statistiques anonymes de visites, vous fournir les services que vous demandez expressément Pour en savoir plus cliquez sur le lien