• modumas

Randonnées de Juin 2017

Mis à jour : 8 juin 2019


Le pic du Morgon - La Longeagne - La Peyronniére - Du Lac de Pelleautier au pic de Ceüse - Le Mont Sérieux -Châteauneuf Val Saint Donat - Rando challenge

Le pic du MORGON

Randonnée du 27 juin

Animée par Alain D.


Nous sommes 25 à nous retrouver à l’abbaye de Boscodon afin de monter par la piste jusqu’au parking du Grand Clot où il y a déjà quelques voitures : nous ne serons pas seuls à randonner dans le cirque !

Petit grimpette jusqu’à l’altitude 1714 afin de se mettre en jambes après plus d’1h30 de voiture et arriver à un belvédère qui domine le torrent du Colombier et où se faufile le sentier des Pyramides arrivant du parking de la Fontaine de l’Ours. Aujourd’hui le parcours est plus court pour rester « cool ».

Une piste nous mènera jusqu’aux Portes du Morgon à 1923m. Devant nous s’ouvre le cirque du Morgon ceinturé à sa gauche par le Pic de Martin Jean, en face le Pic de Charance et la tête de la Vieille et à sa droite par le Pic du Morgon.

Après une pause puis une petite descente, nous prenons la direction du Pic en passant au pied de la bergerie où le troupeau vient de revenir dans son enclos. Nous passons les abreuvoirs et le sentier commence à bien grimper le long d’un petit vallon.

Un petit replat permet un léger arrêt afin de reprendre souffle et s’attaquer à la partie la plus pentue et arriver sur une croupe herbeuse. Le cheminement se fait plus facile et nous parvenons à la crête pour découvrir la partie amont du lac de Serre Ponçon.

Encore un petit effort et nous voilà sur le Pic du Morgon (2324m). là une véritable féerie nous attend : dans notre dos le vert foncé des mélèzes, pins et sapins, le vert tendre du cirque, la tache noire du lac et le sombre des roches fermant le cirque ; devant nous le bleu du lac allant d’Embrun au barrage, les différentes couleurs des villages, des champs de la plaine et de la forêt du Mont Guillaume et de l’Hivernet ; à nos pieds des éperons rocheux blancs et ocres séparés par des roches et terre rouille (même rouges) et des parcelles vertes des prairies poussant sur les ubacs.

Cette symphonie de couleurs est, de plus, mise en évidence par les différents tons proposés par les jeux de lumières provenant des caprices du ciel. Nous passons de la lumière éclatante du grand soleil aux ombres nuageuses de différentes intensités.

Nous aurions bien fait notre pause casse croûte, mais un petit vent presque froid (après la canicule de la plaine) nous en empêche et décidons de trouver un coin plus abrité. Petite descente précautionneuse et nous voilà calés au soleil et à l’abri afin de se restaurer. Même mieux, le terrain est disposé en gradins face au cirque et son petit lac, devant nous la crête de Lauzet, le Pouzenc, l’Aupillon, la Tête de Gipière et le Gros Ferrant.

Une bonne heure afin de nous remettre de nos émotions et entamer la descente par la crête afin de bénéficier au maximum de la vue sur le lac et la vallée de l’Ubaye dominée par Dormillouse. Mais c’est aussi la partie la plus technique de la randonnée : il faut se faufiler et trouver son cheminement au travers des petites roches bien polies par le fréquent passage des randonneurs.

Une descente un peu pierreuse et nous revoilà dans la prairie. Sur une croupe un chamois nous observe, une marmotte regagne son terrier, tandis qu’un autre nous épie du coin de l’œil. Elles ont déjà bien profité de l’herbe grasse et sont bien dodues !

Encore 1 km et nous voilà au lac dont le niveau d’eau baisse chaque année un peu plus, puis à la chapelle ou plutôt un bel abri d’autel taillé dans le rocher et qui est dominée par une croix sur le proche sommet arrondi.

Une petite montée pour se remettre en jambes et revenir aux portes du Morgon (le troupeau n’a pas fini sa période de « chômage »). Retour aux voitures par la piste matinale et déguster un cake aux agrumes très apprécié par tous.

Ah ! j’oubliais : je me permets de recompter pour vérifier si j’ai toujours 18 filles avec moi comme ce matin, car parait-il, quelquefois il en disparaît en cours de randonnée. Ouf elles sont toutes là, pour ma dernière de la saison j’ai eu de la chance (pardon pour cet humour noir).

Nous avons parcouru 13km, et gravi 750m

Si cette randonnée est connue par beaucoup elle reste toujours appréciée…

Je souhaite à tous un bel été plein de randonnées et de beaux sommets en perspective afin de profiter de la fraîcheur mais surtout de la beauté des paysages et de la sérénité de la montagne.

A l’année prochaine j’espère avec des jambes toutes neuves afin de retrouver votre agréable compagnie.

Cliquer sur la photo pour voir la diaporama



La LONGEAGNE

Randonnée du 20 juin

Animée par Stanislas


L'été est là, pour le ciel bleu mais aussi les températures qui n'incitent pas à un exercice physique mais aussi d'autres activités que la randonnée qui ne se font qu'à cette période. C'est donc un petit groupe de 7 marcheurs qui se met en chemin à Seille, au dessus de La Faurie.

L'ombrage de la chênaie et la modeste pente de la piste nous permettent, sans entamer nos réserves, d'atteindre le col de Seille quelques 200 mètres plus haut. Mais, le virage pris en direction de la crête, l'ombre se fait rare au milieu des buis et le sentier plus pentu. Par chance notre effort est rendu plus supportable par une légère brise.

Veynes et Aspres sont à nos pieds, Céüse, Aujour, St Genis, Beaumont, la Pyramide/le Duffre nous entourent. Nous atteignons les antennes au dessus du pré Charrière puis descendons vers le col de Marjariès. Quelques pins et une table à l'ombre nous incitent à faire une halte, mais 200 m de dénivelé + sur la digestion c'est lourd ... alors ce sera un peu plus tard et plus haut. C'est sous un des derniers pins avant le Pré des Nonnes que nous trouvons notre bonheur. De l'ombre, un léger souffle rafraîchissant et face à nous, de l'autre côté de la vallée du Grand Buëch, Bure, le Dévoluy, l'Aup et sa voisine Durbonas en guise de panorama, que demander de plus ?

Le repos achevé, après quelques pas, nous voici au Pré des Nonnes qui domine la route du col de Cabre, Banne et la Beaume. La crête parcourue, une légère pente mène au Ranc de Chamoussière. Au delà prudence pour la descente vers le col de St André : elle est pentue et par endroits les ravins ne sont qu'à 2 pas. Le retour vers La Faurie est ombragé et frais en bonne partie puis le soleil et la chaleur se rappellent à nous. En chemin, deux ''œuvres'' mises sur le côté de la piste permettent à chacun, pour le meilleur ou pour le pire, de laisser libre cours à son imagination avant d'atteindre les Granges puis St André et la Faurie. La voiture mise en place à l'ombre nous y attend, elle nous évitera la montée à Seille par la route. Enfin presque, mais ce n’est pas grave, nous rattraperons ça par une pause rafraîchissante à Veyne, détour obligé suite à des travaux routiers.

 distance 12,4 km – dénivelée 870 m.

Cliquer sur la photo pour voir la diaporama



La PEYRONNIERE (Auzet 04)

Randonnée du 13 juin 2017

Animée par Philippe C.


Nous sommes partis à 9 randonneuses et randonneurs pour cette journée sous le signe de la chaleur.

Le départ d'Auzet fut retardé d'une heure à cause d'un très gros bouchon à Mallemoisson.

Pour démarrer la randonnée, nous avons fait 1km sur la petite route qui mène au Fanget en direction d'Auzet. Nous avons laissé les voitures à la descente du sentier de retour, pour éviter la route en pleine chaleur. Le matin la route est quand même moins chaude.

Nous traversons le village d'Auzet caractérisé par toutes les sculptures en bois devant les maisons et sur les panneaux directionnels. Elles représentent des animaux ou des oiseaux.

Nous tournons à gauche de la fontaine où est installé un espace de jeux pour enfants également en bois travaillé et passons sur le pont enjambant le Grave pour prendre la direction du hameau Les Auberts. Nous sommes accueillis par une jeune chienne, qui fera la randonnée avec nous.

Dans le hameau, nous prenons un chemin bordé d'abord de champs et ensuite de sous bois. Heureusement car il fait très chaud et il y a peu d'air pour attaquer la montée. Au bout de 500m, nous prenons le sentier balisé en jaune pour démarrer l'ascension.

Nous longeons une ravine importante et nous avons pu apercevoir deux chamois. La montée se poursuit par de nombreux lacets tantôt à l'ombre, tantôt au soleil. Nous faisons de courtes pauses régulières pour nous hydrater. C'est étouffant, mais le groupe tient le coup.

Nous arrivons dans le ravin du Fayenc, il fait moins chaud. Le torrent du Fayenc ne coule pratiquement pas mais un peu d'eau reste dans la petite prairie. La chienne en profite pour boire et se coucher dans l'eau.

Nous prenons à droite le sentier qui nous mènera à un sommet secondaire "col de Charche ". De là, nous redescendrons au "Col de la Grangeasse" à 1586m. Nous traversons la piste pour reprendre en face le sentier qui d'abord nous descendra dans un talweg pour remonter ensuite jusqu'aux crêtes de la "Peyronniere".

Une vue à 360° sur de nombreux massifs : le Blayeul, les cloches de Barles, le Haut Vernet, l'Estrop et le Pic de Bernardez. Nous décidons de déjeuner dans cet alpage à la végétation luxuriante.

Une pose agréable dans l'herbe et à l'ombre d'un cerisier.

Après ce sympathique temps de repos et de collation, il nous faudra repartir sur les chemins.

Nous traversons l'alpage pour récupérer le sentier qui est à peine visible. La chienne qui nous accompagne toujours nous lève deux chamois adultes et un petit.

Nous rentrons dans la forêt avant de récupérer à gauche le sentier, au panneau du Clos des étables, qui nous mènera dans une grande ravine pierreuse, que nous franchirons par degrands lacets.

Sous nos yeux, nous découvrons une grande prairie que le printemps a enrichi de fleurs de toutes les couleurs. Nous longeons une vieille grange abandonnée où la source est tarie, avant de traverser cet espace verdoyant.

Nous arrivons sur une piste et nous devons chercher le sentier qui nous amènera sur un ravin, que nous traverserons avant de remonter sur 200m dans la forêt. La descente se fera par de nombreux lacets couverts d'aiguilles de pins et de pommes de pins le rendant glissant.

En quelques minutes, nous arrivons au dessus du stationnement de nos véhicules.

Nous ramenons le chienne à Auzet, avant de redescendre vers le Bès. Nous faisons un arrêt à la cascade du Saut de la Pie.

Nous sommes rentrés par les Clues de Barles et nous avons terminé devant une boisson fraiche au bistrot de Barles.

Dénivelé: 700m environ - Distance: 16 km

Cliquer sur la photo pour voir la diaporama



Du Lac de Pelleautier au pic de Ceüse

Randonnée du 8 juin

Animée par Philippe C.


Le soleil, le ciel bleu et la chaleur pour cette belle journée qui commence.

Nous partons à 17, du lac de Pelleautier (970m) pour rejoindre le sentier par la petite route du hameau les Pons. Après la chapelle St Pons, nous prenons à droite le GRP qui longe le torrent (sans nom) qui rugit de toutes ses forces.

La montée commence avec des passages tranquilles suivis de passages plus raides. Nous sommes à l'ombre jusqu'à la piste, qui n'est autre que le GRP 94. Nous la prenons à droite sur 250m avant de récupérer le PR qui nous montera au Pas du Loup.

Nous avons fait une petite pause pour nous rafraîchir et nous délester des dernières couches de vêtements.

En sous-bois, malgré quelques passages à forte pente, la montée est très progressive. Nous arrivons à la cabane St Jean (1524m), lieu-dit la cabane de Bois. Nous prenons le PR complètement à droite, toujours à l'ombre de ces grands arbres. Nous sortons bientôt de la forêt pour arriver sur une estive.

La végétation a changé, et au fil des lacets, nous pourrons regarder et photographier une multitude de fleurs : les narcisses blancs, les trolles, les fritillaires, les gentianes et bien d'autres variétés, toutes aussi belles les unes que les autres. Les falaises approchent et le panneau du Pas du Loup accroché à son rocher nous annonce les difficultés. Nous prenons le temps de plier les bâtons et de les accrocher au sac avant d'attaquer la montée jusqu'à la barre rocheuse.

La main courante est à notre portée, 20 m à parcourir sur un sentier escarpé avec l'aide du câble, un peu aérien, mais nous avons quand même aperçu les clématites. Notre groupe passe sans encombre la première difficulté. Au lacet suivant, nous croisons deux randonneurs perdus, ils n'ont pas trouvé le passage du Pas du Loup. Nous leur proposons de nous suivre. Le sentier longeant la falaise s'arrête brusquement et il faut regarder à gauche sur la falaise pour trouver les câbles qui permettent de franchir cet obstacle. Nous franchissons sans problème le passage du Pas du Loup (1900m) ainsi que nos deux randonneurs perdus. Nous voilà sur le plateau de Ceüse, pour une montée de 20 mn qui nous conduira au pic de Ceüse à 2016m. Belle vue sur les Ecrins, le massif de Bure, et le Gapençais. Le vent souffle et nous trouvons un coin abrité pour manger sur une corniche sous le pic. La vue est superbe. Après un bon repas, la cueillette des épinards sauvages commence. Le plateau est parsemé de tulipes sauvages pour le plaisir des yeux et des photographes. Il est temps de repartir pour presque 3 heures de descente, par le même itinéraire qu'à l'aller. Le passage du Pas du Loup se passe bien malgré le vide sous les yeux.

Après cette descente, nous arrivons au parking du Lac de Pelleautier où un gâteau aux cerises nous attend. Un régal après l'effort ! Merci à notre randonneuse pour cette attention.

Nous finirons à l'auberge du Lac pour prendre le verre de l'amitié.

distance parcourue : 16 km - dénivelé : 1000m - temps de marche : 6h

Cliquer sur la photo pour voir la diaporama



Le Mont SERIEUX

A partir de VENTEROL (1059m)

Randonnée du 6 juin

Animée par Alain D.


En partant de Sisteron le ciel est bien voilé mais nous gardons notre optimisme coutumier et prenons la direction de Venterol situé dans le 04.

Nous arrivons à 16 sur le parking et sommes accueillis par un petit crachin…. Nous enfilons capes et coupe vent et recouvrons nos sacs. Nous conservons notre « positive attitude », d’ailleurs suivant l’adage : « Pluie du matin n’arrête pas le pèlerin » J

Bien équipés, nous voilà partis vers le foyer de ski de fond et la piste qui longe le ravin de Donneclaude. La nature est bien verte et bientôt, au bord de la piste nous découvrons les premières ancolies communes puis les premiers sabots de vénus. D’ailleurs ce sont eux le but non avoué sur le programme de notre randonnée (il nous faut bien garder quand même quelques surprises !).

Nous rejoignons la piste qui longe le pied de la montagne de Pluis et faisons notre pause à la fontaine. La pluie nous a abandonnés depuis longtemps, les capes et coupe vent ont retrouvé leur place initiale dans les sacs. Tout le long du chemin apparaissent outre les ancolies, le muguet encore fleuri, puis, après l’intersection des sommets de Pluis et de Serre Brouchon, de nouveaux sabots de vénus.

Une petite pause à la fin de la piste pour voir la vallée de la Durance, apercevoir la tour de guet du Mont Sérieux et prendre la sente qui nous y conduira. Un petit effort apéritif avant d’arriver sur le plateau où prairie et forêt se partagent l’espace.

Mais à quelques encablures de notre destination la pluie nous fait une surprise et nous oblige à nous abriter sous la frondaison. La pluie diminue et nous en profitons pour atteindre la tour de guet (1596m) et rechercher un bel abri sous un bouquet de sapins imperméable à cette petite pluie. Il est juste l’heure de partager notre déjeuner accompagné de quelques remontants bien réconfortants !

Après une heure de repos nous décidons de repartir, la petite pluie continue de tomber mais nous commençons à deviner quelques éclaircies. Un petit détour dans la forêt pour se remettre en jambe et nous voilà sur le belvédère pour admirer le paysage qui est toujours bien limité en particulier vers le Sud Est où une averse remonte entre la Malaup et la Grande Gautière. Plein Sud nous devinons Gache et Lure et à l’Ouest Aujour, Céuze et le pied du pic de Bure (le plafond étant encore bien bas).

Un petit arrêt pour admirer le travail du Pic Vert et décidons de ne pas suivre la piste mais la ligne de crête. Bien nous en a pris car nous pouvons admirer les beaux bouquets de sabots de vénus. Une belle pente à travers la hêtraie nous permet de rejoindre la piste et le balcon de Piégut : un peu de piquant dans la randonnée rajoute au charme d’autant que la pluie a laissé place à un beau et chaud soleil !

Encore une petite sente pour découvrir les premières ancolies alpines (plus grandes que les communes), retrouver la piste afin d’y reprendre le chemin balisé de Venterol par le ravin des Faysses.

Un beau parcours en sous-bois, entrecoupé de deux passages en « robine » afin d’arriver aux ultimes sabots de vénus formant de beaux bouquets sous la clarté frémissante du soleil et la tendre ombre printanière des hêtres.

Dernières photos pour immortaliser cette journée et nous reprenons la descente afin de retrouver la piste Venterol-Piégut et parvenir aux voitures.

Sur le chemin nous pouvons enfin parvenir à découvrir à l’Ouest outre Céüze, le Dévoluy (les Garnesier, le Bouffet, la tête de Vachères et le pic de Bure). Sur le parking ce sont les sommets du Champsaur : le vieux Chaillol encore bien enneigé, et les sommets de la Durance : Piolit, Chabrières, Mont Guillaume et le Morgon (but de notre future randonnée).

Nous avons marché 13km5 pour environ 600m de dénivelé

Cliquer sur la photo pour voir la diaporama



Châteauneuf Val Saint Donat

Rando challenge

1er juin 2017

Animé par Daniel A.


Nous n'étions que 12 pour ce « rando challenge » maintenant traditionnel, mais avec quand même 5 équipes qui se sont confrontées au circuit jalonné de 10 balises et aux questions de plus en plus tordues (aux dires de certains !).

Le circuit se déroulait dans les forêts de chênes sur l'adret de la montagne de Lure : 8km pour 200m de dénivelée, essentiellement sur des pistes et parsemé de nombreuses ruines, témoins d'une activité humaine passée. Quelques détours pour certains mais tout le monde était là pour l'apéro préparé par Mireille et Gérard.

Il restait à découvrir les réponses aux questions ce qui a occasionné de nombreuses discussions et des points de mauvaise foi mais surtout des moments de franche rigolade !

A l'issue des corrections et peut-être de quelques arrangements, 2 équipes étaient en compétition pour remporter le trophée ; elles ont été départagées par une mini partie de pétanque.

Un apéro digne de ce nom, le pique-nique partagé en commun et de nombreux échanges ont achevé ce bon moment de convivialité qui ne devrait donner que des regrets aux absents !

A l'année prochaine donc …

Daniel

Cliquer sur la photo pour voir la diaporama

 

© 2019 by Sisteron-Rando. Proudly created with Wix.com

Informations légales - En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs (cookies) afin de réaliser des statistiques anonymes de visites, vous fournir les services que vous demandez expressément Pour en savoir plus cliquez sur le lien