• solveigmorch

Séjours 2020

Mis à jour : oct. 12

- Le Jura du 2 au 9 mai

- Le Vercors du 23 au 26 juin (Annulé à cause du Covid-19)

- Bayasse du 6 au 10 juillet

- Le Queyras du 3 au 8 août

- Le Courradour les 24 et 25 septembre


Le Courradour

les 24 et 25 septembre

Organisé et animé par Joël B.


Météo plus que défavorable mais réservation oblige,le séjour dans le Courradour débuta par une boucle à partir de Méailles direction la grotte éponyme en parcourant une belle crête suivie d’une longue traversée en sous bois jusqu’à l’arrivée à Méailles sous la pluie.

980m et 15.5km

Belle soirée au gîte de la Colle St Michel puis départ de Peyresq pour les cabanes du Pasquier. Brume et grésil entrecoupés d’éclaircies nous accompagnent jusqu’à la pause dans l’une des cabanes (quel réconfort) avant de terminer la boucle sous le soleil.

1090m et 18.3km

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


Tour du QUEYRAS

Du 3 au 8 août

Organisé et animé par Claude G.

Rendez vous ­6 h15 à la gare à Sisteron : c’est parti pour 6 jours de rando.

2 heures plus tard nous sommes sur place. Petite mise en place d’une voiture à aiguilles où se situera la fin de notre séjour. Ensuite dépose des sacs chez le transporteur (au passage nous ne pouvons que saluer ses services, les sacs étant déposés à l’étape suivante sans aucun couac, chapeau bas).

Château Queyras - Ceillac

Départ de Château Queyras un peu raide, puis une succession de faux plats dans les mélèzes. Repas de midi à la Fontaine rouge, le temps est incertain, nous ne nous attardons pas… Passage par le col du Fromage, quelques gouttes de pluie nous obligent à sortir les vêtements de pluie, presque du superflu puisque nous les retirons presque aussitôt. Descente sur Ceillac où nous arrivons aux alentours de 16 h 15.

Bonne entrée en matière (nous verrons bien demain), le menu est copieux et chacun apprécie.

Nous avons parcouru 14km300 pour un dénivelé de 1000m.

Ceillac - St Véran

Après une nuit passée au gîte des Baladins à Ceillac nous voilà partis pour l’étape qui nous conduira jusqu’à St Véran. Etape qui, sur le papier, offre le dénivelé le plus important (environ 1300m) et qui sur le terrain s’en approchera sensiblement.

Traversée de Ceillac, nous remontons le GR 58 jusqu’au Villard, puis jusqu’au Tioure. La route bitumée jusque là desservant ces hameaux se termine aux chalets de Rabinoux. Nous grimpons sous les mélèzes, un peu plus haut nous trouvons un panneau dédié à Philippe Lamour ancien maire de Ceillac qui est à l’origine du tour du Queyras. La suite se passe dans l’alpage en direction du col des Estronques, celui-ci atteint après beaucoup d’efforts. Nous montons à la tête de la Jacquette (option que nous ne regretterons pas), d’où nous attend une vue à 360 degrés après une centaine de m. de dénivelé : vue sur les sommets des Alpes de Haute Provence, et encore beaucoup d’autres… nous y prenons notre repas et y restons un moment. Au nord nous pouvons voir St Véran.

Redescente jusqu’au col et nous entamons la descente qui nous conduira au pied de St Véran jusqu’au pont du Moulin. Ii nous faudra encore effectuer 150m supplémentaires de montée pour arriver au gîte des Gabelous (ancienne poste de douane parait-il , d’où le nom). Après une « mousse » pour certains nous prenons possession de nos chambres. Un petit mot sur les dispositions liées au covid : masque obligatoire pour circuler à l’intérieur et douches désignées pour chaque numéro de chambres. Ces dispositions nous accompagneront tout au long du séjour, règles que nous appliquerons avec rigueur.

Nous avons parcouru 13km820 avec un dénivelé de 1287m.

St Véran - Refuge Agnel

Le temps est beau et la température va s’en ressentir, il fera très chaud. Au départ du gîte nous rejoignons le GR 58 jusqu’à la barrière de la route forestière qui conduit à la chapelle des Clausis. Nous emprunterons le Gr le long du ruisseau l’Aigue blanche (aïgue c’est l’eau), GR 58 qui sera tout au long de ces 6 jours notre fil conducteur. Petite halte à la chapelle et nous laissons le GR pour prendre une variante au rocher des Marrous qui se dirige au col de St Véran sur la frontière. Nous nous y arrêterons pour prendre notre repas et celui-ci achevé il nous faut accéder au pic de Caramentran ! encore pas tout à fait 200m de dénivelé, celui-ci culmine à 3025m (à nouveau un 3000) le Viso est en vu , ainsi que le Pain de Sucre . Nous descendons au col de Chamoussière, encore 3 /4 d’heure pour atteindre le gîte que nous pouvons apercevoir (nous n’irons pas au col, celui-ci étant connu pour la plus part d’entre nous) il y a beaucoup de monde à l’intérieur, nous aurons une chambre où nous serons 11 et il faudra faire la queue pour la douche (seule ombre au tableau).

Repas copieux le soir et un pique nique le lendemain qui le sera tout autant.

Nous avons parcouru 16km pour un dénivelé de 1150m

Refuge Agnel - L'Echalp

Départ du refuge Agnel à 8h30 comme pratiquement tous les matins. Le refuge n’est pas pourvu de poubelles et le parking principal situé un peu avant le col non plus, alors, comme nous sommes des gens bien élevés nous les avons portées dans le sac jusqu’à l’étape de l’échalp.

Direction le col Vieux, ensuite nous entamons la montée vers le Pain de Sucre, impressionnant avec des sentiers un peu partout au milieu de plaques de schiste. Nous atteindrons tout de même le sommet (3208m) beaucoup de monde, peu de place mais magnifique vue sur le Viso bien dégagé. Pour descendre nous emprunterons un sentier beaucoup plus sûr que nous n’avions pas vu en montant. Retour au col Vieux et descente jusqu’au lac Foréant où nous prendrons notre repas, nous prenons notre temps et pourrons même admirer quelques hermines joueuses. Nous repartons pour arriver au lac Egorgéou et un petit détour au lac Baricle où nous ferons une petite halte.

Nous reprenons notre cheminement tout en descente, descente que de l’avis général nous trouverons longue et pénible. Heureusement une petite mousse va mettre tout le monde ok.

Chambre plus spacieuse pourvue de 2 douches, pas d’étage. Repas un peu plus léger mais au menu un peu plus recherché que nous terminerons par un génépy.

Nous avons parcouru 15km400 pour un dénivelé de 700m. Demain est un autre jour.

L'Echalp - Abriés

Départ du gîte pour rejoindre la rive gauche du Guil puis retraversée du Guil à la Monta face au gîte. Sentier assez pénible, étape qui s’avérera plus dure que je ne pensais… nous accéderons à la crête de Peyra Plata : un peu de répit. Repas au sommet de la Lauzière avec vues sur la tête de Pelvas toute proche et le Bric Bouchet. Le repas terminé nous entamons la descente de la crête de Gilly jusqu’à l’intersection Collette de Gilly, puis descente jusqu’au Bois Noir. Nouvelle intersection, nous laissons le sentier qui descend sur le Roux pour poursuivre en direction d’Abriès. Arrivés dans Abriès il nous faut chercher le gîte, nous y parvenons et sommes accueillis par le patron (lui nous dira que c’est sa femme) bref un personnage, un véritable ambassadeur de son pays, nous y passerons une très agréable soirée, peut être la plus agréable ? Nous le conseillons vivement.

Nous avons parcouru 17km600 pour un dénivelé de 1013m

Abriés - Aiguilles

Petit déjeuner servi à 7 heures à l’Ancolie Bleue. Avant notre départ le patron tient à nous faire une photo devant le panneau du gîte (il a trouvé que nous étions un groupe sympathique, en tout cas pourquoi ne le croirions nous pas !). La veille nous avons mangé dehors, repas un peu animé, de franches rigolades, à recommencer c’est sûr… mais pour l’heure il nous faut monter aux lacs Malrifs. Première partie en escalier si l’on peut dire, un plat une côte et ainsi de suite jusqu’à mi parcours. Passage par Notre-Dame des 7 douleurs (avec la nôtre cela fera 8) et le hameau du Malrif. Le reste sera nettement plus raide, succession de lacets assez durs pour enfin déboucher sur le lac principal le Grand Laus. Nous prenons notre repas avec vue sur le lac et, ensuite, après discussion nous décidons de monter jusqu’au second lac : le lac Mézan. Petite option non prévue mais que nous n’avons pas regrettée. Au final nous serons de retour à aiguilles vers 16 heures, le temps d’aller chercher les voitures et prendre le pot de l’amitié à Ville Vieille puis récupérer nos bagages chez le transporteur et le séjour se termine.

Comme on dit en Provence « à l’an que ven » (à l’année prochaine)

Nous avons parcouru 16km pour un dénivelé de 1110m.

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama


Séjour à Bayasse

du 6 au 10 juillet 2020

organisé et animé par Daniel A.

Il était prévu une itinérance au Taillefer mais malheureusement annulée pour cause de fermeture du refuge. Et c'est au pied levé que ce séjour à Bayasse a été proposé en remplacement.

Nous sommes 12 pour ces 5 jours passés dans une très bonne ambiance et avec une météo très favorable ; du beau temps tous les jours et un peu de fraîcheur le soir, le top !

Le refuge est bien connu et l'accueil toujours aussi agréable, les assiettes sont bien garnies et le logement très confortable.

Les randos nous offrent de somptueux paysages et des fleurs par millier !

Lundi 6 juillet

Soleil Boeuf au dessus de Faucon de Barcelonnette

Une première rando sur la route pour la mise en jambe. On part de Bouzoulières et on monte tranquillement dans le mélèzin avec de belles vues sur les Séolanes, la vallée de l'Ubaye, le Pain de Sucre, le Chapeau de Gendarme et les Brecs Premier et Second. On atteint le chemin horizontal et notre sommet, une belle pelouse, est juste en face. Malheureusement il est en très mauvais état et nous ne pourrons pas traverser le torrent de Faucon aux pentes bien raides ! Demi-tour vers le refuge Belmont pour une boucle par Bonnet Vert.

5h, 800m de dénivelée

Mardi 7 juillet

Le Cimet

Départ près du pont de la cascade sur la route du col

On remonte le vallon de la Grande Cayolle au travers des prairies parées de mille fleurs. Après avoir laissé le sentier du col des Esbéliousses, l'environnement devient plus minéral et nous voilà au Petit col de Talon. Nous grimpons le long de la crête. Quelques passages un peu raides dans la caillasse et nous voilà au sommet. La vue est grandiose : Viso, Haute Ubaye, Queyras, Oisans, les Séolanes, le Pelat tout proche (pour le lendemain) ; on se sent tout petit au milieu de cet univers grandiose ! Pour la descente, nous choisissons l'option par la croix du Paris Saîgon (catastrophe aérienne dans les années 50) que nous gagnons sans encombre. Le reste de la descente est un peu plus coriace jusqu'au GR56 qui nous ramènera au Petit col de Talon et le chemin de la montée pour regagner les voitures.

6h15, 1040m de dénivelée

Mercredi 8 juillet

Le Mont Pelat

C'est une belle et longue journée qui nous attend !

Départ du col de la Cayolle pour le col de la Petite Cayolle et son lac juste derrière. Il nous faut redescendre près de 300m pour retrouver le sentier qui vient du lac d'Allos et qui va nous emmener jusqu'au sommet, d'abord par une traversée sous des barres, de nombreux lacets dans la prairie puis une dernière partie très minérale. La fin paraît impressionnante mais tout ira bien.

De belles vues là encore avec le Cimet gravi hier, à portée de main, et le lac d'Allos juste sous nos pieds.

Les 300m descendus à l'aller sont à remonter ! Tout le monde est en pleine forme et nous ferons le crochet par le Pas du Lausson et le lac des Garrets pour rejoindre le col de la Petite Cayolle et le parking du col.

Nous aurons pu admirer de nombreuses marmottes et des chamois.

7h30, 1350m de dénivelée

Jeudi 9 juillet

Pointe Côte de l'Ane

C'est une première pour tout le monde !

Départ côté 06 du col de la Cayolle, un peu au-dessus d'Estenc.

Un joli sous-bois nous emmène aux cabanes de Sanguinière puis on remonte le vallon de Georgias entre mélèzes et prairies. Peu à peu, on pénètre dans un univers très minéral mais les grosses dalles de granite sont bien rangées et on progresse sans trop de peine. Au fond du vallon, le col de la Roche Trouée, un décor de western ! On gravit les flancs sud-ouest du Trou de l'Ane jusqu'à la crête puis une croupe nous amène à un sommet vers 2850m qui sera parfait pour le pique-nique. Une partie de la troupe poursuivra jusqu'à la Pointe Côte de l'Ane à 2916m par des pentes un peu raides. Le sommet est impressionnant !

Descente par le même itinéraire puis par le fond du vallon tapissé de rhododendrons et les flancs rive gauche du torrent. Encore des rochers, quelques laquets et le mélèzin pour finir.

6h45, 1040m de dénivelée

Vendredi 10 juillet

Parual, vallon du Sauze

Les voitures sont garées un peu en-dessous de Champ Contier que l'on rejoint rapidement. On entreprend une longue montée dans la forêt de pins sous une bonne chaleur. Nous sommes tout près du ravin du Sauze qui nous offre de jolies vues sur ses cascades. Quelques ruines avant d'atteindre les alpages où nous ferons la pause pique-nique. De belles vues sur la vallée de l'Ubaye, la Grande Séolane, Dormillouse et le lac de Serre-Ponçon. Nous descendons sur l'autre versant du ravin, par les ruines de Parual avant de traverser le torrent et de retrouver notre chemin de montée.

5h15, 950m de dénivelée

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama



Le Jura

De Lons-le-Saunier à St Claude

du 2 au 9 mai

Organisé par Daniel A.


Et une drôle de surprise !


Cliquer sur la photo pour voir le diaporama






344 vues
 

© 2019 by Sisteron-Rando. Proudly created with Wix.com

Informations légales - En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs (cookies) afin de réaliser des statistiques anonymes de visites, vous fournir les services que vous demandez expressément Pour en savoir plus cliquez sur le lien